Le Qatar, caution arabe à la fin de Kadhafi 

le
0
Le richissime émirat du Golfe a participé à l'intervention militaire coordonnée par l'Otan.

Depuis le début de la crise libyenne, le Qatar a mis tout son poids financier et diplomatique pour «neutraliser» Mouammar Kadhafi. Derrière le premier ministre, Hamed Ben Jassem - surnommé HBJ dans les chancelleries -, la très active diplomatie qatarienne s'est d'abord faite le promoteur, auprès des pays de la Ligue arabe, de la résolution 1973 des Nations unies, votée le 17 mars, qui autorisait une intervention étrangère en Libye. Dix jours plus tard, Doha reconnaissait le Conseil national de transition, l'organe politique de la rébellion. Le Qatar apportait ainsi la caution arabe, qui manquait en 2003 à l'intervention américaine en Irak. Mais Doha ne s'est pas arrêté là.

Un soutien aux islamistes

Le minuscule mais richissime émirat du Golfe a été le seul État arabe, avec les Émirats arabes unis, à participer à l'intervention militaire au sein de la coalition internationale coordonnée par l'Otan. Doha - dont l'armée est équipée à 75 % par la Franc

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant