Le pull «chômeur» à 285 euros retiré de la vente

le
3
Après la vive polémique suscitée par la collection de Le Léon, la marque de prêt-à-porter de luxe a décidé retirer le vêtement le plus critiqué sur la toile, un pull estampillé «chômeur».

La marque Le Léon fait marche arrière. Après la levée de bouclier suscitée par sa nouvelle collection et en particulier un pull estampillé «chômeur», la marque de prêt-à-porter de luxe a décidé de retirer le vêtement de son site de vente en ligne.

Le 31 juillet dernier, Le Léon a ouvert un site de vente en ligne pour commercialiser sa dernière collection de sweats en cachemire, vendus 285 euros pièce. Surfant sur la tendance de ces tricots, t-shirts et autres sweat-shirts à messages décalés, le créateur de la marque, Léon Taïeb a repris les «symboles faisant la fierté des français» pour les détourner. Des pulls brodés «salopette» «cocotte-minute» «grande gueule» ou encore le «purée jambon» ainsi que le très polémique «chômeur» fleurissent sur le site de vente en ligne.

Mais très vite la toile s'offusque des messages de ces vêtements et de la stratégie marketing utilisée. Le créateur de la marque prend note et retire le pull «Chômeur» de la vente. «Face à la violence des messages et des réactions, on s'est senti obligé de le retirer», a expliqué le créateur de la marque au site francetvinfo .

Twitter s'affole

Il faut dire que le cocktail marketing et provocation est parfois explosif. Dès la première page du site qui

Présentation de la collection de Le Léon
Présentation de la collection de Le Léon

revendique une fabrication 100% française, le ton est donné. En photo, un homme blanc et très sérieux portant l'un des sweats de la marque est encadré de deux agents noirs de la propreté de Paris...D'autres photos postées sur le site ont choqué. Par ailleurs, les produits de cette marque qui joue sur la fibre tricolore (cocarde, baguette, béret, étiquettes aux couleurs du drapeau français) sont fabriqués au Népal. Et les messages commerciaux qui accompagnent les pulls sont volontairement provocateurs, pour le pull «chômeur», le message était: «laissez mijoter, servez, c'est prêt»...

Les réseaux sociaux ne partagent pas le sens de l'humour du créateur et les commentaires fusent.

La marque #LeLéon lance le pull "Chômeur" à 285 euros, c'est laid et c'est de la provoc de bas étage : http://t.co/3LEPNth7sj via @konbini

-- JulienS.Gilbert (@JSergeGilbert) July 31, 2013

@_ZEIL_ A 285 ¤ j'espère qu'ils payent correctement les nepalais ! Oui, #LeLeon fait le buzz mais pas le bon ! #Honte

-- Volodia de Bogomil (@bogomiles) August 2, 2013

#LeLeon fait fabriquer ses pulls au Népal et utilise dans son logo, la cocarde de... la RAF. Symbiose du mauvais gout et de l'inculture.

-- TwitteurK (@TwitteurK) July 31, 2013

Léon Taïeb a tenté de s'expliquer. Il affirme au site francetvinfo qu'il trouvait le mot chômeur «mignon». «Je voulais juste quelque chose de mignon. Le mot 'chômeuse' par exemple, sonne moins mignon, c'est pour cela que le pull n'existe qu'en version homme. Chômeur, je trouve ça hyper mignon comme mot». Concernant, la photo d'ouverture de son site, ce dernier explique sur Facebook que «cette photo n'a d'autre ambition que de mettre en avant les travailleurs de l'ombre, les oubliés des médias, ceux dont on ne parle jamais et pourtant ô combien indispensables. Elle montre un des visages d'une France pluriculturelle qui oublie parfois ce qu'elle leur doit. Désolé si elle peut prêter à confusion et susciter d'autres interprétations».

Reste à savoir si le seul retrait de la vente du pull «chômeur» et les excuses du créateurs suffiront à apaiser les internautes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fiduce le mercredi 14 aout 2013 à 23:30

    Quand on voit ceux qui aiment arborer des pulls qui pètent plus haut que leur derrière, il ne faut pas s'étonner que certains souhaitent faire le contraire : choisir un vêtement qui revendique une appartenance à une classe défavorisée. La seule incohérence, c'est que le vêtement prolo devrait être pas cher (comme le vêtement frime est cher). Ce pull chômeur était donc une contre façon luxueuse d'un vêtement légitime !

  • genomic le dimanche 4 aout 2013 à 22:09

    "dernière collection de sweats en cachemire, vendus 285 euros pièce" et fabriqués à 10e/pièce par des enfants au Bangladesh ?

  • gevrais3 le dimanche 4 aout 2013 à 21:29

    C'est vrai qu'a 10 € ( prix adapté au chomeur ) il aurait eu bcp de succès