Le public se mêle des prix littéraires

le
0
Les livres distingués par les lecteurs remportent un beau succès à côté des prix «historiques».

Le lauréat du Goncourt, qui sera dévoilé ce mercredi, peut espérer un quasi-décuplement des ventes de son livre, selon une étude de GfK. Les prix «historiques» (Goncourt, Renaudot, Femina…) restent des valeurs sûres. En moyenne, depuis 2005, les ventes du Goncourt atteignent 400.000 exemplaires, soit deux fois plus que le Renaudot (198.000) et huit fois plus que le Médicis (55.000). Mais des prix plus récents, créés à l'initiative de libraires ou de magazines, s'installent durablement dans le palmarès des ventes.

C'est notamment le cas du prix Goncourt des lycéens qui, comme son intitulé ne l'indique pas, a été créé en 1988 par la Fnac, première librairie de France, «avec la bienveillance de l'académie Goncourt». Il est le quatrième prix le plus «vendeur», loin devant l'Interallié ou le Médicis, assurant à son lauréat 132.000 ventes en moyenne sur ses six dernières éditions. Le poids de ce prix tient à ce qu'il est un prix de lecteurs (2000

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant