Le psychodrame grec, invité principal du G7 en Bavière

le
0
Le psychodrame grec, invité principal du G7 en Bavière
Le psychodrame grec, invité principal du G7 en Bavière

Au programme : la Grèce, l'Ukraine ou Daech. Mais surtout la Grèce. Le psychodrame grec devrait occuper les esprits et une bonne partie des discussions au sommet du G7 en Allemagne qui démarre ce dimanche, alors que les négociations entre Athènes et ses créanciers pour éviter au pays la faillite continuent de piétiner.

Avant de recevoir sous haute protection policière le reste de ses prestigieux invités au château d'Elmau, niché dans un décor de carte postale dans les Alpes bavaroises, la chancelière allemande Angela Merkel, hôte de la manifestation, s'entretiendra en tête-à-tête avec le président américain Barack Obama.

Juncker n'a pas voulu parler avec Alexis Tsipras

Accueilli à Munich à sa descente de l'avion présidentiel Air Force One par des habitants en costume traditionnel, Barack Obama entend insister auprès de ses interlocuteurs européens sur la nécessité de maintenir les sanctions contre la Russie, grande absente de ce sommet, accusée de soutenir la rébellion dans l'Est séparatiste de l'Ukraine.

A 11 heures, avant le début officiel du sommet qui réunit les dirigeants allemand, américain, canadien, britannique, français, italien et japonais, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et celui du Conseil européen Donald Tusk se soumettront aux questions des journalistes. Le premier est un acteur clé du dossier grec, toujours enlisé en dépit d'âpres négociations cette semaine.

VIDEO. Allemagne: des centaines de manifestants anti-G7 en Bavière

Faute d'avancées, le patron de la Commission a refusé samedi de prendre au téléphone le Premier ministre grec, Alexis Tsipras. Celui-ci s'est en revanche entretenu avec Angela Merkel et le président français François Hollande en fin de journée «pour faire avancer les négociations», selon une source diplomatique.

Christine Lagarde sera aussi de la partie

La Grèce négocie depuis février avec la Commission européenne, le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant