Le PSG lave plus blanc

le
0

Opposé à une jeune équipe de l'Ajax, qui l'avait accroché à l'aller, le PSG s'est cette fois imposé à domicile au terme d'un match ouvert et disputé (3-1). Les Parisiens conservent la première place avant d'aller la défendre à Barcelone.
PSG - A. Amsterdam
(3-1)

E. Cavani (33'), Ibrahimovic (79'), E. Cavani (82') pour Paris S-G , D. Klaassen (66') pour Ajax Amsterdam.


Il est toujours douloureux de constater les effets du temps. Il y a trente ans, l'Ajax régnait sur le monde, glanant trois ligues des champions d'affilée. A l'issue de son match face au PSG, se qualifier pour les seizièmes de finale de la ligue Europa, à la lutte avec l'Apoel Nicosie, reste sa seule perspective d'avenir. Accrochés à l'aller, les Parisiens n'ont cette fois pas tremblé au moment de renvoyer les Bataves à leur glorieux passé. Déjà qualifiés, les hommes de Laurent Blanc ont fait parler leur maîtrise tactique et technique pour s'imposer avec la manière dans un match disputé (3-1). Les deux Thiago sur le flanc, Marco Verratti et Yohan Cabaye absents, ce sont Rabiot, Marquinhos et consorts qui ont mené le PSG à la victoire, dans une opposition de style qui a souvent fait frissonner le Parc des Princes.
Jeunes talentueux
La jeunesse a ceci de séduisant qu'elle s'accompagne d'un certain culot. Du haut de leurs 22 ans de moyenne d'âge, les hommes de Franck De Boer n'ont jamais fermé le jeu, tentant sans cesse de déséquilibrer la défense adverse par attaques placées. Disposés dans leur traditionnel 4-3-3, les visiteurs ont gêné la relance parisienne par un pressing haut et coordonné, qui leur a permis de dominer assez fermement la première demi-heure. Habiles dans les transmissions, ils ont néanmoins peiné à se créer de véritables opportunités en première mi-temps, sinon deux frappes trop enlevées de Denswil (20e) et Van Rhijn (41e). Leur précision offensive ne s'est pas beaucoup améliorée par la suite, même si Klaassen a réussi à trouver le chemin des filets en seconde période sur une tête plongeante, à la suite d'un joli centre de Kishna (67e). Ce sera leur seule occasion d'une seconde mi-temps qui les aura vus baisser de pied. Parfaitement contré par Maxwell, Lasse Schöne n'a pas su créer le danger sur coup de pieds arrêtés.







PSG - A. Amsterdam
(3-1)

E. Cavani (33'), Ibrahimovic (79'), E. Cavani (82') pour Paris S-G , D. Klaassen (66') pour Ajax Amsterdam.


Il est toujours douloureux de constater les effets du temps. Il y a trente ans, l'Ajax régnait sur le monde, glanant trois ligues des champions d'affilée. A l'issue de son match face au PSG, se qualifier pour les seizièmes de finale de la ligue Europa, à la lutte avec l'Apoel Nicosie, reste sa seule perspective d'avenir. Accrochés à l'aller, les Parisiens n'ont cette fois pas tremblé au moment de renvoyer les Bataves à leur glorieux passé. Déjà qualifiés, les hommes de Laurent Blanc ont fait parler leur maîtrise tactique et technique pour s'imposer avec la manière dans un match disputé (3-1). Les deux Thiago sur le flanc, Marco Verratti et Yohan Cabaye absents, ce sont Rabiot, Marquinhos et consorts qui ont mené le PSG à la victoire, dans une opposition de style qui a souvent fait frissonner le Parc des Princes.
Jeunes talentueux
La jeunesse a ceci de séduisant qu'elle s'accompagne d'un certain culot. Du haut de leurs 22 ans de moyenne d'âge, les hommes de Franck De Boer n'ont jamais fermé le jeu, tentant sans cesse de déséquilibrer la défense adverse par attaques placées. Disposés dans leur traditionnel 4-3-3, les visiteurs ont gêné la relance parisienne par un pressing haut et coordonné, qui leur a permis de dominer assez fermement la première demi-heure. Habiles dans les transmissions, ils ont néanmoins peiné à se créer de véritables opportunités en première mi-temps, sinon deux frappes trop enlevées de Denswil (20e) et Van Rhijn (41e). Leur précision offensive ne s'est pas beaucoup améliorée par la suite, même si Klaassen a réussi à trouver le chemin des filets en seconde période sur une tête plongeante, à la suite d'un joli centre de Kishna (67e). Ce sera leur seule occasion d'une seconde mi-temps qui les aura vus baisser de pied. Parfaitement contré par Maxwell, Lasse Schöne n'a pas su créer le danger sur coup de pieds arrêtés.






...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant