Le PSG doit-il se préparer à une fin de cycle ?

le
0
Le PSG doit-il se préparer à une fin de cycle ?
Le PSG doit-il se préparer à une fin de cycle ?

Il nage sur l'eau en championnat, se prend à rêver d'un exploit en Ligue des champions et d'un nouveau triplé sur la scène nationale... S'il n'a jamais dégagé autant de maîtrise, le PSG n'en approche pas moins d'une période charnière et dangereuse : avec les départs probables d'Ibrahimović, Maxwell ou encore Lavezzi d'ici juin, le club de la capitale va devoir se reconstruire. Or, quand on vise les sommets, la marge d'erreur est infime.

Depuis le début de la saison, les statistiques du PSG sont affolantes : 51 points à l'issue de la phase aller du championnat, et donc le record du Grand Lyon de 2006-2007 battu, meilleur attaque (50 buts) et meilleure défense (9 buts), avec la possibilité de s'imposer dans toutes les compétitions. Depuis son nul à Angers le 1er décembre, le groupe de Laurent Blanc a enquillé huit victoires, et treize match sans défaite depuis le 3 novembre. Ce soir-là, c'est une boulette de Kevin Trapp qui a ruiné les efforts parisiens, lors d'un match face au Real Madrid que Paris semblait en mesure de remporter. Autant dire que ce PSG 2015-2016 apparaît comme une machine à gagner avec sa mécanique bien huilée : un collectif qui fonctionne et des joueurs cadres au top. Quand ils sont blessés, des remplaçants tout aussi efficaces comme Laywin Kurzawa ou Adrien Rabiot prennent le relais. Janvier n'est même pas terminé que l'on peut déjà assurer que les Parisiens ont plié la Ligue 1 avec leur vingt points d'avance sur Angers, leur dauphin surprise. On pourrait tenter d'atténuer le trait en disant que les autres cadors comme Marseille, Lyon ou Monaco ont facilité le travail du PSG avec leur méforme chronique, ce serait oublier que cette équipe-là a déjà fait le triplé l'an passé et pourrait le rééditer d'ici fin mai. Le club parisien touche la perfection du doigt, avec pour seule vraie interrogation sa capacité à passer un cap en Ligue des champions à partir du mois de février. Mais alors qu'il semble arriver à son zénit, ce projet parisien de QSI voit aussi s'approcher l'ombre d'une fin de cycle évidente. Avec les risques que cela comporte.

Bye-bye Ibra, Maxwell, Lavezzi et Douchez ?


Présente à Paris depuis l'été 2011, la direction qatarie avait passé la vitesse supérieure un an plus tard en recrutant Zlatan Ibrahimović, Thiago Silva, Ezequiel Lavezzi ou encore Marco Verratti. Des membres clés de la première génération QSI, six joueurs pourraient partir à la fin du présent exercice voir avant. Salvatore Sirigu, gardien indiscutable entre 2011 et 2015, aujourd'hui dans l'ombre de Kevin Trapp, cherche un club qui pourrait lui donner le temps de jeu nécessaire afin d'aller à l'Euro. Quant à Ibra, Maxwell, Lavezzi, Van der Wiel ou encore Nicolas Douchez, un joueur important du vestiaire parisien, ils sont tous en fin de contrat en juin. Pour chacun d'eux, la tendance…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant