Le PSG digère sa salade niçoise

le
0

Les Parisiens restent dans la course pour le titre grâce à leur victoire acquise à Nice. Les joueurs de la capitale qui sont tombés sur des adversaires très remuants peuvent chaleusement remercier Javier Pastore qui s'est montré au top avec deux buts.


Nice - PSG
(1-3)

M. Bodmer (44') pour Nice , J. Pastore (39'), J. Pastore (62'), E. Cavani (69') pour Paris S-G.


Le PSG était venu à Nice avec l'obligation de gagner pour ne pas voir un autre trophée lui glisser des mains. Privé des deux Thiago (blessés), de Zlatan et Verratti (suspendus), Laurent Blanc débute avec un onze à l'accent français. Aurier et Digne doivent gérer les ailes, Pastore est épaulé par la paire Rabiot/Cabaye. À noter, la titularisation de Lucas pour la première fois depuis sa blessure fin février. Du côté Niçois, on doit faire sans Bauthéac, suspendu. Carlos Eduardo et Digard tiennent leur place malgré une incertitude qui planait. Nice lance les hostilités et veut profiter des boulevards haussmaniens laissés par la défense parisienne hésitante. Dès la 7ème minute, Pléa se retrouve dans un face à face annihilé par le retour de Luiz. On pense que le Brésilien revient en forme mais le reste de la mi-temps va montrer l'inverse. A la 15ème c'est Benrahma, en bonne position qui tente un enroulé du pied gauche qui frôle le poteau de Salva Sirigu. Le portier transalpin semble stressé de voir l'animation au milieu qui est en panne. Les locaux en profitent pour faire d'autres incursions dans l'axe et aussi sur les côtés. A la 40ème minute, les rouges et bleus paraissent mal en point, pourtant ce sont eux qui ouvrent le score. Javier Pastore, installé en patron du jeu, profite d'une ouverture inespérée de Lucas pour ajuster Pouplin d'une frappe croisée. Les joueurs de Laurent Blanc, semblent aller mieux, ils concèdent encore des occasions et s'en crée mais, comme d'habitude, Cavani vendange les occasions et, comme d'habitude, le PSG encaisse le but d'un ancien de son club. À la 46eme minute, Mathieu Bodmer coupe la trajectoire d'une volée ratée par Rafetraniaina, sur un coup-franc mal repoussé par les Parisiens. Les Niçois se disent alors qu'ils ont toutes leurs chances de faire à nouveau chuter le PSG. Mais le Gym n'est pas la Barça.

Le festival Pastore

Au retour des vestiaires, Laurent Blanc semble résigné et se cale les…










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant