Le PSG bat un docile Shakhtar Donetsk

le
0
Le PSG bat un docile Shakhtar Donetsk
Le PSG bat un docile Shakhtar Donetsk

Le Paris Saint-Germain s'est tranquillement imposé face au Shakhtar Donetsk (0-3). Les hommes de Laurent Blanc ont dominé une rencontre face à des Ukrainiens bien trop attentistes pour cette compétition. Et peuvent aborder la double confrontation face au Real Madrid avec six points au compteur.


Shakhtar Donetsk - PSG
(0-3)

S. Aurier (6'), David Luiz (23'), Ibrahimović (89') pour PSG.


C'est un but qui a certainement enchanté tous les entraîneurs de football. Centre du latéral gauche – Maxwell, l'homme qui vieillit mieux qu'un bon spiritueux – déposé sur le crâne du latéral droit – Aurier, et son contentieux désormais réglé avec la Ligue des champions. Après ce but d'école, le Paris Saint-Germain double la mise grâce à la cuisse de David Luiz. Les hommes de Mircea Lucescu ne se remettront pas de ces deux accélérations parisiennes. Résultat, une victoire plutôt tranquille avant d'affronter le gros morceau de la poule.

Serge, t'es un gagnant


Dès le coup d'envoi, les Ukrainiens imposent une pression haute des Ukrainiens. Les premiers frissons sont orange et noir. Un coup franc, un corner, et un Kevin Trapp qui rassure ses troupes. Comme contre Nantes, Aurier commence son match par une balayette sur son adversaire direct. Puis s'en va faire taire la déjà timide (logique, lorsqu'on joue à plus de mille kilomètres de chez soi) Arena Lviv. Sur un centre somptueux de Maxwell, l'international ivoirien mange Taison au duel et ouvre le score après la première longue période de possession parisienne. Au quart d'heure de jeu, Ibra prouve qu'il a un réel problème avec les buts vides cette saison. L'attaquant suédois rate sa tête après un centre d'un Serge Aurier omniprésent. Les hommes de Lucescu sombrent, et seul Gladky et son physique de déménageur mettent en danger la charnière parisienne. Puis sur un corner de Di María, effleuré par Aurier, David Luiz marque de la cuisse. Un but tout vilain qui vient récompenser la maîtrise des Parisiens.

La demi-heure de jeu arrive et les Ukrainiens n'ont toujours pas provoqué la moindre inquiétude pour Trappe et consorts. Excepté un coup franc de Srna dans les bras du gardien allemand. Après un match compliqué à Nantes (jusqu'à l'entrée de Papa Motta), Verratti prend les choses en mains. Littéralement, puisque le numéro six italien évite son habituel carton…










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant