Le PS veut porter plainte après des "incidents" à son référendum

le
0

PARIS, 17 octobre (Reuters) - Le Parti socialiste a annoncé samedi son intention de porter plainte pour faux et usage de faux, et usurpation d'identité à la suite d'"incidents" qui se sont produits lors des opérations de vote à son référendum sur l'union de la gauche. Le scrutin, par lequel les sympathisants sont appelés à se prononcer sur l'"unité de la gauche et des écologistes aux élections régionales" de décembre, s'est ouvert vendredi matin et doit se poursuivre jusqu'à dimanche soir. Pour y prendre part, les votants peuvent se rendre dans l'un des points de vote prévus ou sur internet. Il suffit alors de renseigner un nom, un prénom, une adresse électronique et d'accepter une "charte d'engagement" en cochant une case. Dès vendredi matin, des journalistes ont fait remarquer qu'il était possible de voter plusieurs fois en donnant de fausses identités. La secrétaire nationale d'Europe Ecologie-LesVerts, Emmanuelle Cosse, qui avait fustigé l'organisation de ce référendum, s'est étonnée vendredi soir via Twitter d'avoir reçu un e-mail suggérant qu'elle avait elle-même voté. "Le Parti socialiste a décidé de porter plainte pour faux et usage de faux, et usurpation d'identité pour les quelques incidents constatés dans la journée de vendredi", peut-on lire dans un communiqué du PS publié samedi. "Depuis que nous avons annoncé cette plainte, il n'y a plus de problème", a déclaré le premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis, interrogé par BFM TV. Annoncée en septembre par Jean-Christophe Cambadélis, la tenue de ce vote a suscité la perplexité, voire l'hostilité chez une partie de la gauche, notamment EELV et le Front de gauche qui n'ont pas souhaité s'y joindre. Le chef de file des socialistes a dit espérer la participation de 200.000 à 300.000 votants. (Simon Carraud, édité par Pierre Sérisier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant