Le PS s'enflamme sur les seuils d'effectif dans les entreprises

le
10
Le PS s'enflamme sur les seuils d'effectif dans les entreprises
Le PS s'enflamme sur les seuils d'effectif dans les entreprises

C'est ce qu'on appelle faire l'unanimité contre soi. Après les syndicats, c'est au tour du Parti socialiste de s'opposer fermement au projet de François Rebsamen, le ministre du Travail, de supprimer temporairement les seuils sociaux dans les entreprises. « Nous avions pris position, en son temps, assez sévèrement contre ce dispositif porté par Nicolas Sarkozy, a rappelé hier Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du PS. Je ne pense pas que, dans le moment présent, il faille faire des expériences approximatives qui permettraient ou pas d'avancer dans ce sens. »

Le sujet n'est pas nouveau. Depuis des décennies, la question de la suppression des seuils sociaux -- qui imposent, par exemple, aux entreprises de plus de dix salariés d'avoir un délégué du personnel et à celles ayant au minimum cinquante salariés de disposer d'un comité d'entreprise -- fait débat. En effet, pour le patronat, ces seuils sont des freins à l'embauche. Selon un calcul réalisé par la Fondation Ifrap (Institut français pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques), ils empêcheraient la création de 70 000 à 140 000 emplois.

«Rebsamen n'avait pas à évoquer le sujet»

Des chiffres sujets à caution. « Il faut arrêter de penser que la fin des seuils va créer des milliers d'emplois, insiste Eric Heyer, directeur adjoint de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Au mieux, une étude sérieuse de l'Insee de 2011 évoque un petit effet, mais le chômage n'est pas un problème de réglementation. »

Hier, dans l'entourage de François Rebsamen, on tentait de dédramatiser cette rebuffade venue de son propre camp : « Le Parti socialiste est dans son rôle. Le ministre est dans le sien, celui de lever tous les freins éventuels à l'emploi. On verra avec les partenaires sociaux. » Et c'est bien là le problème. En plus du PS, c'est toute la gauche qui est vent debout contre l'idée du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mfouche2 le vendredi 6 juin 2014 à 13:27

    la France mourra du cancer socialiste et de complications fonctionnarisantes

  • M4958114 le vendredi 6 juin 2014 à 12:55

    cela ne peux que faire du bien !

  • M4888303 le vendredi 6 juin 2014 à 12:29

    Il faudrait avoir le courage de doubler carrément les seuils, soit 20 salariés pour l'élection d'un délégué du personnel et 100 salariés pour la création d'un comité d'entreprise .Je pense que l'on serait agréablement surpris du résultat !

  • M4888303 le vendredi 6 juin 2014 à 12:24

    Le PS étant le parti des "profs" n'a aucune notion de ce qui représente un frein à l'embauche en entreprise.bien sur les multi-nationales ne sont pas concernées mais je peux vous assurer par expérience que les TPE et les PME sont très sensibles à ces seuils générateurs de surcouts et souvent de problèmes avec les syndicats!

  • python75 le vendredi 6 juin 2014 à 12:13

    Désolé mais je suis dans ce cas là et oui j'ai pas envie de m'e.mm.erder avec un délégué du personnel!!

  • M4426670 le vendredi 6 juin 2014 à 12:06

    Quant à prendre en compte un ensemble de mesures, les rendre cohérentes les unes avec les autres, ça sort de leur domaine de compétences! On le sait maintenant depuis 2 ans: ils en sont incapables! DEHORS!

  • M4426670 le vendredi 6 juin 2014 à 12:04

    Le problème avec ce "gouvernement", c'est qu'il ne parle que d'une chose à la fois! ils doivent être limités en neurones, grave. C'est clair que ce n'est les seuils qui sont le frein à l'embauche. Ca permet juste de lancer une petite polémique qui n'intéresse qu'eux, et les syndicats trop heureux, mais pas plus.

  • M4426670 le vendredi 6 juin 2014 à 12:02

    M. Eric Eyer a t il travaillé en entreprise? qu'il observe et se taise....!

  • M4426670 le vendredi 6 juin 2014 à 12:01

    "Le chomage n'est pas un pb de règlementation"? Pas que mais la règlementation (code du travail, 7800 articles) y est pour beaucoup.

  • M4358281 le vendredi 6 juin 2014 à 11:58

    il y a 30 000 Pme qui attendent