Le PS renonce à l'amendement PMA, la question repoussée en mars

le
0
LE PARTI SOCIALISTE RENONCE À UN AMENDEMENT SUR LA PMA
LE PARTI SOCIALISTE RENONCE À UN AMENDEMENT SUR LA PMA

PARIS (Reuters) - Le groupe socialiste de l'Assemblée nationale a renoncé mercredi à déposer un amendement élargissant, dans le cadre du mariage homosexuel, l'assistance à la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de lesbiennes ayant un projet parental.

En lieu et place, un article sur la PMA sera introduit par le gouvernement dans le projet de loi sur la famille qui sera présenté en mars prochain, aux termes d'un accord conclu mardi avec le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

"La PMA mérite un débat en tant que tel, c'est pourquoi elle figurera dans le projet de loi famille", écrit le chef du gouvernement sur son compte Twitter.

Le projet de loi sur la famille sera présenté au mois de mars et une première lecture par l'Assemblée aura lieu avant l'été de façon à ce qu'il soit définitivement voté par le Parlement avant la fin de l'année, selon l'accord passé.

"Cette proposition - l'extension de la PMA - je ne souhaite pas la porter pour faire un coup mais pour qu'elle soit adoptée, qu'elle soit mise en oeuvre", a dit le président du groupe PS à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux.

"Et pour qu'elle soit mise en oeuvre, il faut qu'il y ait une majorité - nous l'aurons au moins à gauche - et il faut que le texte soit le mieux sécurisé juridiquement", a-t-il ajouté.

Ainsi, a-t-il expliqué, la PMA ne sera pas simplement réservée aux couples mariés, ce qui, a-t-il dit, introduisait une inégalité par rapport aux autres couples.

"Je me félicite qu'avec cette annonce du Premier ministre, qu'avec ce dialogue nourri, loyal avec le gouvernement, nous aboutissions à ce que dans un délai bref, dans le courant de l'année 2013, il puisse avoir satisfaction de cet engagement du groupe", a-t-il dit.

"TOUR DE PASSE-PASSE"

Le groupe PS est divisé sur le sujet de la PMA. Le 20 décembre dernier, 27 députés socialistes avaient publié dans Le Monde une tribune dans laquelle ils se déclaraient hostiles à cet amendement que le groupe PS avait adopté trois jours plus tôt par 126 voix pour, 61 contre et neuf abstentions.

Les groupes Front de gauche et écologiste ont regretté cette décision du groupe socialiste tout en réaffirmant leur volonté de voter le projet de loi sur le mariage gay.

"Je ne comprends pas ce que l'on gagne en incluant la PMA dans un projet famille", a déclaré à Reuters le député écologiste Sergio Coronado.

"C'est une hypocrisie ahurissante et je crois que le législateur ne gagne jamais à être hypocrite quand il réforme", a-t-il ajouté avant de confirmer que son groupe déposerait un amendement PMA dans le cadre du texte sur le mariage.

Pour Philippe Gosselin, porte-parole du groupe UMP dans ce débat, la décision du groupe PS est une "ficelle plutôt grosse". "Il y avait une répartition qui était faite entre un gouvernement 'raisonnable' et un groupe PS 'un peu révolutionnaire' qui proposait la PMA", a-t-il dit.

"Je trouve que c'est un peut gros, ça ne change rien. La PMA est évidemment toujours d'actualité, même si elle n'est pas dans ce texte", a-t-il estimé.

"Elle est bien sur la table, la prochaine étape est la PMA et la suivante est la GPA (gestation pour autrui). On ne va pas se laisser impressionner, ni démonter par ça. C'est de la poudre aux yeux, c'est un tour de passe-passe", a conclu l'élu UMP.

Le projet de loi "ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe" sera débattu les 15 et 16 janvier en commission des Lois. Il sera examiné en séance publique par les députés à partir du 29 janvier.

La droite et une partie de l'Eglise catholique sont hostiles à cette réforme. Ils ont appelé à une grande manifestation nationale le 13 janvier.

Emile Picy, avec Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant