Le PS redoute une fuite de son électorat

le
5
Au fil des hausses d'impôts, les socialistes voient s'éloigner d'eux toutes les composantes de leur électorat. Au point d'inquiéter jusqu'à l'Élysée où François Hollande a reçu une note sur le ras-le-bol des retraités.

Ce député socialiste n'en est toujours pas revenu. De retour sur ses terres d'élection comme il le fait chaque semaine, il croise par hasard le responsable local de la CGT. Lequel engage immédiatement la conversation sur les impôts: «Vous y allez fort quand même!» Dans la bouche d'un syndicaliste, le propos est savoureux. Et reflète la menace qui pèse de plus en plus lourd sur les socialistes: celle de voir leur électorat les fuir, éc½uré par le décalage entre la promesse de changement énoncée par François Hollande durant la campagne présidentielle et la réalité conjuguée des hausses d'impôts et de la baisse du pouvoir d'achat.

La résurgence du débat sur la défiscalisation des heures supplémentaires signalait déjà les inquiétudes des ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • muck12 le mardi 24 sept 2013 à 19:28

    les français sont des girouettes

  • knbskin le samedi 14 sept 2013 à 00:20

    PS = parti des délinquants et des illettrés ...

  • M2766070 le vendredi 13 sept 2013 à 12:58

    mais non , c est normal ... vous verrez en 2014 y en a qui voteront goch... et plein d otr à dte ... bleu foncé, bleu marine !!!

  • lsleleu le vendredi 13 sept 2013 à 12:55

    Alors ce serait le réveil de l'electora de gauche ?

  • M835627 le vendredi 13 sept 2013 à 12:48

    Je crains que la rupture ne soit consommée entre le gouvernement et les français, les scrutins 2014 vont infliger de cuisantes désillusions au PS mais faut-il s'en étonner quand ce gouvernement fait montre d'un tel amateurisme, qu'il se cantonne à des mesures "symboliques" des marqueurs de gauche (inflation des impôts et des fonctionnaires, laxisme sécuritaire, régularisation des sans papiers....) bref, toutes mesures diamétralement opposées aux attentes profondes des français.