Le PS réaffirme sa volonté d'un non-cumul des mandats dès 2014

le
5
HARLEM DÉSIR RÉAFFIRME LE SOUHAIT DU PS SUR LE NON-CUMUL DES MANDATS EN 2014
HARLEM DÉSIR RÉAFFIRME LE SOUHAIT DU PS SUR LE NON-CUMUL DES MANDATS EN 2014

PARIS (Reuters) - Le patron du Parti socialiste, Harlem Désir, a réaffirmé vendredi la volonté du PS de voir s'appliquer en 2014 la loi sur le non-cumul des mandats, promesse électorale de François Hollande rejetée par de nombreux élus de droite comme de gauche.

"Cet engagement du président de la République a reçu l'approbation des Français et doit être tenu au plus tôt dans le quinquennat", écrit Harlem Désir dans un communiqué.

"Au nom des militants socialistes, qui se sont exprimés clairement à l'occasion de leur dernier congrès de Toulouse, j'appelle à ce que tout soit mis en oeuvre pour que notre pays franchisse au plus tôt cette nouvelle étape démocratique", ajoute-t-il.

Pour le premier secrétaire du PS, le non-cumul des mandats répond à une exigence d'exemplarité "particulièrement indispensable" en période de crise.

Cette promesse électorale du chef de l'Etat, confirmée dans le rapport sur la modernisation de la vie politique de Lionel Jospin remis en novembre à l'Elysée, prévoit d'interdire tout cumul d'un mandat exécutif local avec un mandat parlementaire.

Dans les colonnes du Parisien vendredi, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, estime pour sa part qu'il sera "très difficile" d'imposer aux élus cette mesure dès l'année prochaine.

"Il y aura une loi qui interdira le cumul des mandats, c'est un engagement de François Hollande, pour application fin 2016 ou début 2017", dit-il. "Pour 2014, c'est très difficile, parce que cela provoquerait plusieurs dizaines de démissions de députés qui choisiraient de garder leur mandat local. Ce serait une mini-dissolution. Ce serait une faute."

La semaine dernière dans Libération, le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, avait été le premier à annoncer que cette mesure ne serait pas appliquée avant les élections municipales de 2014. Il a toutefois assuré qu'elle serait mise en oeuvre avant la fin du mandat de François Hollande, en 2017.

Marine Pennetier, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jbellet le samedi 16 fév 2013 à 14:48

    suppression du conseil économique et des télés parlementaires que personne ne regarde en dehors des élus et peut de la famille des élus

  • jbellet le samedi 16 fév 2013 à 14:46

    la PS nous fait le coup a chaque élection! tant pis pour les benets qui ont cru a ce non cumul

  • jeepaudi le vendredi 15 fév 2013 à 18:46

    exigence d'exemplarité ! vous ne trouvez pas qu'il y a trop de parlementaires, sénateurs, conseillers de tout poil ? et on rajouter de nouvelles têtes. Réduisons le nombre d'élus aux 2 chambres, supprimons un échelon local-régional, et ensuite on verra.

  • dhote le vendredi 15 fév 2013 à 17:40

    Qui commande dans cette pétaudière?

  • M2280901 le vendredi 15 fév 2013 à 17:27

    suppression du sénat qui ne sert à rien , 3 fois moins de députés , suppression des départements , regroupement des communes de moins de 3000 habitants , facile de faire des économies