Le PS lassé du «marchandage permanent» des Verts

le
1
Jean-Marc Ayrault a été surpris par la colère des écologistes après l'annonce du maintien de la fiscalité du diesel. Les relations entre l'exécutif et les Verts, eux-mêmes très divisés, virent parfois au casse-tête.

Le 11 septembre, souffle sur Matignon un vent glacé. Le premier ministre Jean-Marc Ayrault découvre le coup de colère des écologistes, qui viennent d'apprendre que la fiscalité sur le gazole resterait inchangée, contrairement à ce qu'ils réclament. La colère est telle que le ministre de l'Écologie, Philippe Martin, qui a fait l'annonce lors d'une conférence de presse, est obligé de rétropédaler, ajoutant à la confusion. À Matignon, on tombe des nues: «On a été très surpris par la réaction des Verts, raconte un conseiller. C'était pourtant implicite qu'il n'y aurait pas de hausse du diesel... Ils avaient obtenu une satisfaction avec la contribution énergie climat. On ne s'attendait pas à ce qu'ils partent comme ça dans les tours...»

Mê...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paumont1 le jeudi 19 sept 2013 à 08:28

    Bref, les écologistes et le PS ne sont d'accord que sur peu de choses, l'incohérence, le flou, et le mélange des genres,c'est à peu près tout.