Le PS et les Verts en zone de turbulences

le
0
La direction du Parti socialiste menace d'exclure ceux qui ne respecteraient pas l'accord avec les écolos.

Arnaud Montebourg était-il en service commandé pour la Rue de Solferino? Ou, au contraire, a-t-il simplement agi, comme veulent le croire les écolos, sous le coup de l'émotion? Toujours est-il qu'à moins de trois semaines du premier tour de l'élection présidentielle, les déclarations du député socialiste de Saône-et-Loire, qui, dimanche sur BFMTV, a remis en cause les termes de l'accord de législature conclu à l'automne entre la direction du PS et celle d'Europe Écologie-Les Verts (EELV) font tache dans le tableau idyllique de la gauche.

Le premier à réagir a été le président du groupe écolo au Sénat, Jean-Vincent Placé. Pour lui, en déclarant que l'accord pour les élections législatives n'était «pas écrit (...) à ce jour», Arnaud Montebourg dit «n'importe quoi!». En «féodal cumulard qu'il est devenu», il aurait agi sous le coup d'une «forte amertume», a encore estimé lundi sur RTL l'homme fort des écolos. Ambiance! «Arnaud est un type très

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant