Le PS en ordre divisé à l'Elysée sur le cumul des mandats

le
6
DIVISIONS AU PS SUR LE NON-CUMUL DES MANDATS
DIVISIONS AU PS SUR LE NON-CUMUL DES MANDATS

PARIS (Reuters) - Les dirigeants du Parti socialiste ont étalé lundi leurs divergences devant François Hollande sur le non-cumul des mandats prôné par l'ancien Premier ministre Lionel Jospin dans son rapport sur la modernisation des institutions publiques.

"Je plaide pour qu'on prenne en compte un statut particulier pour le Sénat", a déclaré à sa sortie de l'Elysée François Rebsamen, le président du groupe socialiste.

Le sénateur-maire de Dijon, opposant de la première heure à l'interdiction du cumul, a expliqué qu'il souhaitait que les sénateurs soient épargnés par la proposition d'interdire l'exercice d'un mandat parlementaire avec un exécutif local.

"(...) l'article 24 de la Constitution dispose que le Sénat assure la représentation des collectivités territoriales de la République, je pense qu'il devrait être possible de conserver un mandat local avec un mandat de sénateur", a-t-il expliqué.

Interrogé sur son possible isolement dans un Parti socialiste dont le programme défend le non-cumul, François Rebsamen a répliqué: "J'ai au moins les sénateurs avec moi, cela fait déjà du monde".

Prenant la parole quelques minutes après lui, Bruno Leroux, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale a défendu "le renouveau démocratique" que devrait engendrer la réforme.

"Je demande à chacun de penser, d'abord à ce que souhaitent les Français (...) à ce que sont les propositions du président de la République, qui ont été validées par les Français", a-t-il déclaré.

Un point de vue partagé par le Premier secrétaire du Parti socialiste Harlem Désir, ce dernier plaidant pour une application de la loi dès 2014 pour qu'il s'applique dès les prochaines élections municipales "afin que les parlementaires puissent se consacrer totalement à leur mandat".

François Hollande a entamé une série d'entretiens avec les chefs des principaux partis français et les anciens candidats à l'élection présidentielle pour discuter des propositions du rapport Jospin, qui a rendu sa copie la 9 novembre dernier.

Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2280901 le lundi 26 nov 2012 à 15:02

    la gauche voulait supprimer le Sénat voilà deux car inutile , maintenant qu'ils y sont majoritaires , qu'en est-il ? la soupe est trop bonne ?

  • mlaure13 le lundi 26 nov 2012 à 14:51

    2) Exemple : le versement d'une prime individuelle ... de chauffage ! Non seulement l'intitulé prête à sourire, mais le calcul de cette prime laisse rêveur : elle est indexée sur les cours du pétrole. Comme ceux-ci sont régulièrement à la hausse, il fallait s'y attendre : la prime a littéralement explosé…Elle est passée de 1 500 euros par an en 2000 à 4 035 euros en 2011"", selon Capital …C'EST EXACT !!!

  • mlaure13 le lundi 26 nov 2012 à 14:50

    1) Cherchons des économies !... Et si on supprimait la prime individuelle de chauffage des » Fonctionnaires Mafieux » du Sénat pour économiser 3,4 millions d'euros par an?.. Les » Fonctionnaires Mafieux »du Sénat sont payés trois fois plus cher que leurs collègues de l'État... En raison d'une accumulation de primes dont bénéficient ces « Fonctionnaires Mafieux » bien spécifiques ?!...

  • mlaure13 le lundi 26 nov 2012 à 14:49

    Quand on est accro au "mariage homo"...on l'être de même sinon plus, au non cumul des mandats !!!...

  • M3101717 le lundi 26 nov 2012 à 14:27

    Pourquoi en ordre divisé ? C'est une promesse de campagne que l'on a défendu en porte à porte. dont acte ! Merci ;o)

  • M835627 le lundi 26 nov 2012 à 14:09

    Cela ne m'étonne guère que les sénateurs, qui sont la honte de la France tant leurs privilèges et leur train de vie sont dispendieux pour l'Etat, s'insurgent contre l'abrogation du cumul des mandats! Toucher à leurs rentes, ne peut que constituer un crime de lèse majesté. Quelle bande de parasites nuisibles!