«Le PS doit plus penser à l'intérêt général»

le
0
INTERVIEW - Le patron des députés UMP assure que sur la «règle d'or», «la balle est clairement dans le camp» du Parti socialiste.

LE FIGARO. - Le gouvernement annoncera mercredi des mesures antidéficit. Quelles sont vos marges de man½uvre ?

Christian JACOB. - Dans un pays où l'on a aujourd'hui plus de 80 % de dette par rapport au PIB, si l'on prend l'ensemble de la dette publique, et près de 6 % de déficits publics, la «règle d'or» est une nécessité impérieuse. Dans le budget 2011, on doit tenir les 5,7 % de déficits, en 2012, on doit descendre à 4,6 %. Dans ce cadre-là, nous devons avoir une gestion drastique des finances publiques, d'autant que 56 % de notre richesse nationale sont engloutis par la dépense publique. Il va donc falloir faire des efforts très importants en 2012. On n'évitera pas, comme l'année dernière, de revisiter l'ensemble des niches fiscales. Tout le monde doit être mis à contribution, mais de manière équitable, en protégeant les revenus les plus faibles. Avec deux impératifs : ne pas toucher à la compétitivité des entreprises, ni à la croissance

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant