Le PS divisé sur le traité européen

le
0
Sensible aux pressions de l'exécutif, Olivier Dussopt votera pour le traité par «solidarité gouvernementale».

Les réfractaires au traité européen à l'aile gauche du PS ne désarment pas. Dès l'ouverture des journées parlementaires socialistes, mercredi, à Dijon (Côte-d'Or), le député de l'Essonne Jérôme Guedj a affirmé que le non au traité européen pouvait être «un non de soutien» au chef de l'État. Au grand dam de Bruno Le Roux et de François Rebsamen, les présidents des groupes PS de l'Assemblée et du Sénat, qui ont martelé à l'inverse que «personne ne peut avoir raison contre la majorité» et qu'il «n'existe qu'un oui de soutien».

Tout en rendant hommage au travail de François Hollande, l'élu de l'Essonne a poursuivi: «Ce traité fait de la rigueur budgétaire l'alpha et l'oméga de la construction européenne. Il va être adopté, mais il est mort. Il va être difficile à appliquer. Ce qui m'intéresse, c'est le traité d'après sur la convergence sociale et l'harmonie fiscale en ­Europe.» Autre proche de Benoît Hamon, le député de Paris Pascal Cherki

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant