Le PS confronté aux réalités de la crise

le
0
Manuel Valls propose d'affecter toutes les marges de man?uvre à la réduction des déficits.

Quand on parle de cacophonie, les socialistes s'agacent ou serrent les dents. Ils n'aiment pas le mot. Mais ils admettent qu'aujourd'hui ils sont difficilement audibles... «Dans la phase des primaires, il est assez normal qu'il y ait une forme de confusion sur ce que disent les socialistes», a reconnu hier le porte-parole Benoît Hamon, lors de son point de presse hebdomadaire. «Je prends cela comme une conséquence de facto d'une séquence où les socialistes sont obligés d'insister sur leurs nuances», dit-il . La crise n'arrange rien. Entre les différents candidats, il y a de grosses nuances à mettre en lumière.

Manuel Valls ne s'embarrasse pas de précautions pour prendre ses concurrents de front. Non seulement il est «favorable au principe » de la «règle d'or», proposée par Nicolas Sarkozy -même s'il ne voterait pas celle proposée par le président en l'état-, mais il exhorte ses camarades à un «discours de vérité» sur les propositions que la gauche pourr

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant