Le proviseur n'était «au courant de rien»

le
3
La scolarisation de l'assassin présumé d'Agnès, accusé de viol dans une autre affaire, a fait naître un début de polémique entre les parents d'Agnès, l'Éducation nationale et la Justice. Avec une vidéo BFMTV

En attendant la réunion à Matignon sur le meurtre d'Agnès et d'en savoir plus sur d'éventuelles défaillances, tout le monde se renvoie la balle. La disparition de la jeune fille de 13 ans pose en effet la question de la scolarisation d'un jeune homme déjà accusé de viol dans une autre affaire et faisant l'objet d'un «contrôle judiciaire très strict».

Interrogé lundi matin sur RTL, Philippe Bauwens, le directeur du collège-lycée privé Cévenol, a affirmé qu'il savait que Mathieu, le meurtrier présumé, avait eu «des ennuis avec la justice» mais qu'il ignorait la nature des faits pour lesquels le jeune homme avait été condamné. Mis en examen pour le viol d'une mineure en août 2010 dans le Gard, ce lycéen de 17 ans, élève de première, avait effectué quatre mois de détention provisoire avant d'être placé sous contrôle judiciaire fin 2010. «Je n'étais au courant de rien, a expliqué le proviseur. Nous ignorions la nature des faits pour lesquels Mathieu av

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • georg199 le lundi 21 nov 2011 à 12:11

    Dans le cas de personages publics, de chefs d'entreprise, la presse étale leurs noms et prénoms sans se gêner et surtout sans se préoc uper de la présomption d'innocence..Pourquoi la Loi n'oblige--elle pas la publication des nomns, prénoms et âge des délinquants dans les mêmes conditions.Si cela avait été fait, il est probable qu'Agnès n'aurait pas été assassinée.

  • georg199 le lundi 21 nov 2011 à 12:08

    C'est possible qu'il n'ait été au c ourant. Le prob lème est donc le manque d'information. A force de vouloir traiter ces individus comme des enfants on les laisse grandir comme des assassins

  • moules13 le lundi 21 nov 2011 à 11:03

    Pas curieux le proviseur!