Le projet Nabucco « enterré » par un gazoduc qui réjouit la Grèce

le
0
INFOGRAPHIE - Le gaz d'Azerbaïdjan ne transitera pas par le gazoduc, longtemps soutenu par Bruxelles, mais par l'Adriatique.

La décision a sans doute porté le coup de grâce au projet de gazoduc Nabucco, dans les limbes depuis plus de dix ans, et longtemps soutenu par la Commission européenne. Elle apporte en revanche du baume au portefeuille de la Grèce en crise.

Sur l'échiquier gazier européen, la nouvelle était pressentie depuis des semaines ; elle a été officialisée vendredi. Le consortium mené par le britannique BP, aux côtés du français Total, du norvégien Statoil et de l'azerbaïdjanais Socar, qui développe le champ gazier géant de Shah Deniz, dans la mer Caspienne en Azerbaïdjan, a choisi la route pour exporter sa production. Ce sera le TAP, le gazoduc transadriatique, au détriment de Nabucco.

À son origine, le projet Nabucco, porté par des compagnies gazières d'Europe centrale, avait des visées très politiques. Soutenu par Washington et Br...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant