Le projet initial de barrage à Sivens n'est plus d'actualité

le
1
SÉGOLÈNE ROYAL ANNONCE QUE LE PROJET INITIAL DE BARRAGE À SIVENS N'EST PLUS D'ACTUALITÉ
SÉGOLÈNE ROYAL ANNONCE QUE LE PROJET INITIAL DE BARRAGE À SIVENS N'EST PLUS D'ACTUALITÉ

PARIS (Reuters) - La réalisation du projet du barrage de Sivens (Tarn) n'est plus d'actualité, a estimé vendredi la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal après avoir reçu un rapport d'experts qui juge la version initiale "inadaptée."

Cette dernière avait donné lieu en fin d'année dernière à des manifestations d'opposants qui dénonçaient notamment la destruction de 13 hectares de zone humide et pointaient le coût du futur barrage, 8,4 millions d'euros.

La mort d'un manifestant, Rémi Fraisse, tué le 26 octobre par une grenade offensive lors d'affrontements avec les forces antiémeutes, avait suscité une vague d'émotion et entraîné la suspension des travaux.

Un premier rapport d'expertise publié fin octobre jugeait le projet surdimensionné tout en estimant peu réaliste d'arrêter le chantier.

Dans un nouveau rapport remis vendredi à Ségolène Royal, des experts estiment que "le projet initial de barrage à Sivens n'apparaît pas comme une solution adaptée".

Ils établissent à 750.000 m3 les besoins de stockage, le volume définitif devant être précisé par le maître d'ouvrage après des études plus détaillées.

Deux scénarios sont envisagés : le premier prévoit la réalisation d'un réservoir de taille plus réduite sur le site de Sivens avec "un bras de contournement permettant d'assurer la continuité du cours d'eau" ; le second prévoit une alternative comprenant un ensemble de trois retenues latérales ou collinaires.

"Ces propositions sécurisent les besoins en eau découlant du projet de territoire, répondent à l'objectif d'atteinte du bon état des eaux, dans le respect des règles financières publiques en vigueur, et doivent notamment permettre l'obtention des financements européens", souligne Ségolène Royal.

"La réalisation du projet initial n'est de ce fait plus d'actualité", ajoute-t-elle dans un communiqué.

Le président du Conseil général du Tarn, Thierry Carcenac, a manifesté son intérêt pour ces nouveaux projets, indique la ministre de l'Ecologie, et organisera un débat "dès la prochaine session de l'assemblée départementale sur la base de ces deux scénarios".

Le projet initial de retenue de Sivens, d'une capacité de 1,5 million de m3 d'eau stockée, était porté par le Conseil général du Tarn et son maître d'ouvrage délégué, la Compagnie d'aménagement des coteaux de Gascogne (CACG).

En novembre, la Commission européenne avait ouvert une procédure d'infraction contre la France pour non respect de la directive sur l'eau sur le site du barrage controversé de Sivens.

(Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le vendredi 16 jan 2015 à 16:23

    Les professionnels déboutés de leur projet au profit de L'ADMINISTRATION combien d'années et de discussions et de perte de temps avant que cela aboutisse à leur demande.Les professionnels auront changer d'orientation ou mis la clef sous la porte avant une hypothétique réalisation:les écolos seront toujours la pour entraver tout projet.