Le projet immobilier d'Arthur rend fou ses voisins belges

le
1

L’animateur français et exilé fiscal en Belgique a acquis une propriété à Uccle, dans la banlieue chic de Bruxelles. Problème : son projet immobilier implique la destruction d’un manoir remarquable.

L’animateur de TF1 Jacques Essebag - alias Arthur - ne manque pas d’idées pour sa nouvelle propriété d’Uccle, l’une des 19 communes de Bruxelles. Elle comprend un grand terrain d’1,5 hectare, et surtout un magnifique manoir construit en 1923 par l’architecte Adolphe Pirenne. Celui-ci est accompagné de deux serres, des écuries, et un petit pavillon de gardien, décrit le quotidien belge Le Soir.be, qui ajoute que le bien immobilier est également inscrit à la liste de sauvegarde du patrimoine de la région bruxelloise. Un manoir qui donne envie d’y habiter.

Problème: s’installer dans ce manoir ne semble pas faire partie des projets d’Arthur... Pis encore, l’animateur veut le faire détruire, ainsi qu’une soixantaine d’arbres situés sur le terrain. Un projet qui n’est pas du goût de ses nouveaux voisins bruxellois. Cette destruction n’est évidemment pas un simple plaisir ou caprice. L’animateur français veut faire construire sur son terrain trois immeubles à appartements de très haut standing avec piscine sur le toit. Des appartements dont la surface oscilleraient entre 300 et 700 mètres carrés.

Un projet qui fait l’unanimité contre lui

L’arrivée d’Arthur à Uccle est un peu trop fracassante pour les riverains, qui ne l’entendent pas de cette oreille. Le projet fait l’unanimité contre lui. «Légalement, le terrain est constructible, explique au Soir.be Marc Cools (MR), échevin de l’Urbanisme d’Uccle. Mais je comprends que ce dossier inquiète les riverains.» Des riverains qui ont gagné la première partie de la bataille. Le projet immobilier porté par la société Ocean Group - détenue en grande partie par Arthur - a reçu un avis défavorable lors de la commission de concertation qui s’est tenue le 20 avril dernier. La commission royale des Monuments et sites (CRMS) avait également rendu un avis conforme défavorable.

Les riverains se plaignaient notamment des nuisances que vont générer ces travaux de grand ampleur, de la hauteur des trois immeubles, ainsi que des embarras de circulation. Leurs craintes ont été entendues: le projet d’Arthur devra être revu en profondeur pour plusieurs raisons. La destruction du manoir pose problème, dans la mesure où il est dans «un bon état de conservation» et pourrait être transformé en logements. L’un des immeubles du projet est jugé trop «proche» de la rue, et le parking comprend 3,2 places par appartement, ce qui pose problème.

Pour que le projet immobilier rectifié ait une chance d’être accepté, il devra donc à la fois corriger l’inventaire des arbres dits «remarquables» parmi les 65 qui doivent être abattus et renoncer à la construction du troisième immeuble pour conserver le manoir. Affaire à suivre.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aperalma il y a 9 mois

    Je soutiens totalement les citoyens belges concernés contre ce projet insensé qui ne respecte rien de l'existant