Le projet du PS mis à mal par la crise

le
0
À quelques jours de leur grand rendez-vous de La Rochelle, les candidats à la primaire, Hollande et Aubry en tête, rivalisent d'initiatives pour confronter leurs crédibilités économiques respectives.

Pour être candidat, il faut savoir s'entourer. Pour faire campagne, il faut le montrer. Alors que la crise change le climat de la présidentielle et que Manuel Valls a affirmé qu'il faudrait revoir le financement du projet du PS, les prétendants pour 2012 se préparent et le font savoir. Pour tordre le cou à l'idée que la gauche serait une mauvaise gestionnaire, les principaux candidats ont convoqué leurs experts. Ils espèrent gagner la bataille de la crédibilité. Jeudi matin, avant de prendre le train pour La Rochelle, où se tient ce week-end l'université d'été du PS, Martine Aubry réunit sa cellule de suivi de la crise. Mercredi, c'est François Hollande qui a convoqué des économistes pour un colloque sur la crise.

Rien que du sérieux autour du favori, des professeurs d'économie réputés venus apporter leur éclairage : Élie Cohen (CNRS), Romain Rancière (École d'économie de Paris), Philippe Aghion (Harvard), André Sapir (Université libre de Bruxelles), Jea

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant