Le projet du PS est «déplacé et dépassé»

le
0
Le chef du MoDem se dit persuadé que 2012 se jouera «sur la cohérence et l'authenticité».

C'est un choix. François Bayrou s'est fixé une règle, voilà maintenant bien des mois, voire des années: se tenir le plus loin possible de «l'agitation de la ruche». Et il s'y tient. Ses apparitions dans les médias se font rares, mais si l'on en croit les sondages - qu'officiellement il ne regarderait pas -, sa côte de popularité demeure: 38% dans le dernier baromètre OpinionWay. Certes, celle de son rival centriste Jean-Louis Borloo est de 46%. Mais l'entourage du président du MoDem reste persuadé que le chef du Parti radical «n'ira pas jusqu'au bout». De même que Dominique de Villepin…

Surtout, selon les enquêtes, «M. Bayrou l'air de rien» engrangerait même des points: alors qu'il n'a pas encore officiellement annoncé sa candidature pour la présidentielle de 2012, les sondeurs lui prêtent avec constance entre 6 et 10% d'intentions de vote. Un coup devant Borloo, un coup derrière. Le chef du MoDem est même monté à 13% il y a deux semaines. Un p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant