Le projet de tours jumelles de la Défense bloqué par les riverains

le
7
Le promoteur russe en charge du projet n'a toujours pas trouvé de solution pour avoir le droit de démolir les immeubles à la place desquels il veut construire ces deux gratte-ciel

Les tours jumelles Hermitage, qui ambitionnent d'être les plus hautes d'Europe, sortiront-elles un jour de terre à la Défense? En tout cas, ce projet hors norme de gratte-ciel de 320 mètres et 90 étages mêlant bureaux, appartements et hôtel va prendre du retard. Et, selon des proches du dossier, la livraison annoncée en 2016 semble compromise, au moins à cette date-là. C'est que le promoteur russe, Nazvanie, qui s'est lancé dans cette aventure avec un projet dessiné par l'architecte star Norman Foster bute toujours sur le même problème: la démolition de trois immeubles de logement social dans le quartier des Damiers, à la place desquels sont prévues les tours Hermitage.

Estimant être insuffisamment indemnisés pour ce projet générant des nuisances, les copropriétaires des immeubles avoisinants (Champagne et Dauphiné) avaient obtenu l'annulation des permis de démolir en octobre 2011 devant le tribunal de grande instance de Nanterre. Mais ils se disaient prêts à renoncer à ces poursuites si Nazvanie leur faisait une offre acceptable. Or, la semaine dernière, ils ont enfin reçu une proposition du promoteur qui ne les satisfait absolument pas.« Par exemple, Hermitage ne donne pas d'évaluation chiffrée sur le ravalement de nos immeubles qu'il prendrait à sa charge après la démolition des immeubles de logement social, explique un représentant de ce conseil de copropriétaires. Nous tournons autour des mêmes problèmes depuis des années. Il n'y a donc pas de raison que cela s'arrange dans les prochaines semaines. Compte tenu de ces éléments, nous ne retirerons pas notre plainte.»

Démolition immédiate

Sauf retournement de dernière mi­nute, le promoteur, qui a fait appel de la décision d'annuler les permis de construire, devra donc attendre la décision de la cour d'appel de Versailles, escomptée début 2013. Et espérer que l'arrêt lui soit favorable pour commencer le chantier. Une épée de Damoclès suspendue au-dessus du projet dont Hermitage se serait bien passé. D'autant plus que, par ailleurs, il connaît quelques avancées significa­tives: selon nos informations, la dernière locataire de l'immeuble HLM, Damiers Infra, qui a mené une longue lutte pour rester dans les lieux, a finalement rendu les clés de son appartement vendredi soir. Vidé de tous ses occupants, cet immeuble pourrait être démoli immédiatement en cas d'autorisation par la justice.

De plus, les permis de construire concernant ces deux tours devraient être délivrés cette semaine. Mais, là encore, les copropriétaires des immeubles Champagne et Dauphiné ne vont pas enterrer la hache de guerre. «Nous attaquerons ces permis de construire», explique un membre du conseil syndical. «Nous aussi», affirme Claire Augier, secrétaire générale de Vivre à la Défense, une association opposée au projet depuis son lancement et qui a déjà engagé de multiples procédures judiciaires contre Hermitage. Cela ne fait pas les affaires d'Hermitage: pour financer ce projet pharaonique de 2 milliards d'euros, le promoteur a besoin de faire un emprunt de 700 millions. Un pool de banques lui a accordé ce prêt… à condition que les permis de construire attachés à ces tours soient purgés de tout recours. Cela risque d'allonger encore les délais.

LIRE AUSSI: 

» Un coup de jeune pour le quartier de la Défense

»Deux tours en pleine tourmente à la Défense

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8620427 le lundi 5 mar 2012 à 18:58

    Pauvre France. Quand on habite à la Défense, il est incontestable que l'on va avoir des tours devant son nez, puisque c'est le secteur qui a été destiné à cela. Par ailleurs, de nombreux touristes se déplacent dans le monde pour visiter les villes où se trouvent les immeubles les plus haut du monde avec les retombées économiques que cela impliquent. Mais nous les Français (du moins une partie) on se tire en permanence une balle dans le pied et ensuite on dit que c'est la faute du Président.

  • M7657994 le lundi 5 mar 2012 à 17:53

    @titide, Une belle preuve de tolérance que vous postez !, vous ne connaissez pas le dossier et la situation géographique des lieux et vous vous permettez de juger ces gens qui font des recours, je ne sais pas ou vous habitez mais je serais ravi de voir votre "tr.onche" si l'on vous disait demain que 2 tours de 320 m allait s'ériger devant vos fenêtres !! Il est évident qu'en fonction des futurs préjudices, ces gens là se protégent de la sorte.

  • q2lamrd le lundi 5 mar 2012 à 15:04

    Faut les mettre à Cannes, St Trop, ou à Deauville, en bord de mer. Plus facile à viser et si ils les ratent, ça ne tuera pas trop de pauvres LOL!

  • dupon666 le lundi 5 mar 2012 à 13:23

    Les grosses tours c'est pour les pays riches ..Pas pour les empires en declin

  • penilope le lundi 5 mar 2012 à 13:15

    encore un chantier qui va faire travailler des polonais, des russes et peu de français et une nouvelle cible toute choisie pour le successeur de ben laden

  • titide le lundi 5 mar 2012 à 12:22

    il y a vraiment des empecheurs de tourner en rond;pas etonnant que la France fasse faillite avec ces gens là.Le retard du chantier va couter combien à ce promoteur et surtout supprimer combien d'emplois dans la construction qui va dejà si mal.

  • M2141043 le lundi 5 mar 2012 à 12:17

    vu le reportage de zone interdite, ce "promoteur" arrogant qui jette avec la complicité des politiques locaux ump des gens dans la rue ou dans des bidons ville. "casse toi s alope" a t elle entendue en guise d’accueil la dernière locataire de ces immeubles dans son nouveau "logement"...des milliards d'un coté, des centimes de l'autre, bien content qu'il rame ce promoteur, au moins ca