Le projet de Morsi séduit la banlieue ouvrière du Caire

le
0
À Helwan, aux portes du désert, les contestataires sont minoritaires et la nouvelle Constitution est gage de stabilité.

De notre envoyée spéciale à Helwan

Magdi el Gendi a voté «non». Et il en est fier. Keffieh autour du cou et survêtement Adidas, il a voté «non» contre Morsi, «non» contre une Constitution rédigée à l'arraché par un comité d'islamistes, «non» contre une pensée unique qui cherche à teinter l'Égypte d'une couleur uniforme... La liste de ses doléances est aussi longue que la ligne de métro qui s'étire du Caire au terminus de Helwan, banlieue ouvrière aux portes du désert, parcourue de petits immeubles en briques rouges.

À l'Arabesque, le café dont il est le gérant, repère des fumeurs de chichas et amateurs de football, on n'a particulièrement pas apprécié le récent projet gouvernemental de fermer les commerces après 22h. «C'est encore un coup du Président et des Frères Musulmans pour mieux nous contrôler!», s'énerve-t-i...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant