Le projet de drone de combat franco-britannique va enfin décoller

le
0
Le projet de drone de combat franco-britannique va enfin décoller
Le projet de drone de combat franco-britannique va enfin décoller

L'Europe investit massivement pour rattraper son retard sur les fabricants américains ou israéliens. La France et la Grande-Bretagne vont investir dans un programme commun de fabrication de drones de combat opérationnels à l'horizon 2030.

«Nous prévoyons d'investir plus de 2 milliards d'euros dans ce programme, avec un bilan technique vers 2020», précise la déclaration commune signée en présence du président français François Hollande et du Premier ministre britannique David Cameron.

Un projet en gestation depuis longtemps

C'est la première fois que Paris et Londres chiffrent leur engagement financier total dans ce projet de «système de combat aérien futur» (FCAS, «Future Combat Air System»), dont ils avaient jeté les bases lors d'un précédent sommet en 2014 à Brize Norton (centre de l'Angleterre).

«Ce programme de démonstration, le plus avancé en Europe, sera axé sur une plateforme de drones polyvalents qui pourrait servir de base à une future capacité opérationnelle au-delà de 2030», rappelle le document.

L'objectif ultime est de mettre au point un drone de combat capable à l'horizon 2030 d'effectuer notamment des missions d'observation et de surveillance, d'identifier des cibles et d'effectuer des frappes, d'après le ministère britannique de la Défense.

La Grande-Bretagne dispose déjà de drones armés de missiles, achetés aux Etats-Unis. La France n'a que des drones américains MQ-9 Reaper non armés, servant à l'observation.

Des centaines d'emplois à la clé

Le futur drone franco-britannique aurait vocation à être utilisé dans une zone hostile en préalable à un recours à des avions de chasse classiques.

Dassault a déjà développé un drone furtif, baptisé Neuron, un démonstrateur destiné à tester et développer des technologies qui doivent justement servir au futur FCAS. BAE Systems a également mis au point de son côté le drone Taranis. 

Outre Dassault et BAE Systems, le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant