Le projet de budget 2015 adopté de justesse à l'Assemblée

le
1
Le projet de budget 2015 adopté de justesse à l'Assemblée
Le projet de budget 2015 adopté de justesse à l'Assemblée

On prend (quasiment) les mêmes, et on recommence. Comme son volet recette le 21 octobre, l'ensemble du projet de budget pour 2015 a été adopté ce mardi à l'Assemblée nationale. Mais de justesse avec 266 pour, 247 contre et 56 abstentions, sachant que deux députées socialistes ont voté contre par erreur.

Un score quasi-identique à celui du mois d'octobre. Ce bis repetita était attendu, puisque les «frondeurs» socialistes, comme les écologistes, avaient annoncé leur intention de s'abstenir. Au total, ils sont 37 ce mardi, contre 39 pour le volet recettes. Et les anciens ministres Benoît Hamon, Delphine Batho et Aurélie Filippetti persistent à s'abstenir. Preuve que la fronde s'inscrit dans la durée.

Pour la «frondeuse» Fanélie Carrey-Conte ce résultat est «logique», puisque «la réorientation attendue ne vient pas». «La balle est dans le camp du président de la République et du Premier ministre», estime-t-elle à l'issue du vote.

La majorité reste étroite

Résultat, après rectification des deux députées PS qui ont voté contre par erreur, 247 socialistes ont voté pour face à 245 contre. Le projet de budget passe donc tout juste. Et la majorité reste étroite.

Les écologistes s'étant abstenus en grande partie (14 abstentions, 3 pour et un contre pour 18 députés EELV) faute de «changement de cap», les Radicaux de gauche (14 pour, 2 abstentions et un contre pour 17 députés) restent indispensables à l'exécutif. L'orateur du groupe, Roger-Gérard Schwartzenberg, ne s'y est pas trompé en soulignant, à la tribune, qu'il s'agissait là d'«un soutien politique avéré» en dépit des réserves exprimées.

Sans surprise, les députés UMP et UDI ont voté contre ce qu'ils considèrent respectivement comme «un constat d'échec» et «le choix du renoncement». Idem du côté du Front de gauche, où l'on fustige «un pur exercice comptable écrit sous la dictée de la Commission européenne» et proposé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mardi 18 nov 2014 à 18:27

    On est illégitime avec 13% d'opinion favorables, on est illégitime avec un budget voté à 2 voix d'écart. Cela devient de la dictature pure et simple sous couvert de démocratie.