Le projet d'EDF à Hinkley Point pourrait coûter plus cher

le
2
LE PROJET D'EDF À HINKLEY POINT COÛTERAIT PLUS CHER
LE PROJET D'EDF À HINKLEY POINT COÛTERAIT PLUS CHER

PARIS (Reuters) - Le projet de construction de deux réacteurs nucléaires de type EPR à Hinkley Point, en Angleterre, comprend "une marge pour aléas" et pourrait coûter au total 20,7 milliards de livres sterling (26,2 milliards d'euros environ), a annoncé jeudi l'électricien public français.

EDF, qui détiendra 66,5% du projet contre 33,5% pour le chinois CGN, évoquait jusqu'à présent un coût de 18 milliards de livres.

"L'engagement en fonds propres des partenaires comprend une marge pour aléas et atteindrait ainsi un montant total de 13,8 milliards de livres sterling pour le groupe EDF et 6,9 milliards pour CGN", dit-il dans un communiqué confirmant la consultation de son comité central d'entreprise (CCE) sur les termes du partenariat avec CGN.

"Le planning opérationnel prévoit la mise en service du premier réacteur 115 mois après la décision finale d'investissement", ajoute EDF.

La mise en service du projet Hinkley Point pourrait ainsi n'intervenir qu'en 2026. EDF évoquait la date de 2025 en octobre dernier, lors de l'annonce d'une série d'accords avec le gouvernement britannique et CGN.

EDF a indiqué que la prise de participation de CGN dans le projet "s'accompagnerait du versement d'une prime d'acquisition, en sus de la reprise de sa quote-part des coûts déjà engagés".

Le groupe français s'engagerait en outre "à fournir à CGN des garanties financières limitées, notamment en cas de surcoûts, de retard par rapport au calendrier du projet, ou dans l'hypothèse d'une remise en cause du CfD (prix garanti-NDLR) par les autorités européennes".

Le taux de rentabilité prévisionnel d'Hinkley Point est estimé à environ 9%, sur l'ensemble de la durée du projet, la sensibilité de ce taux étant "d'environ 20 points de base pour six mois de retard".

Les élus du CCE d'EDF ont voté lundi à l'unanimité le lancement d'une expertise externe sur le projet d'Hinkley Point, pour lequel les syndicats demandent un report du feu vert du groupe au-delà de 2016, voire de trois ans.

Le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, veut lancer Hinkley Point dès que le groupe aurait obtenu l'avis de son CCE. Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, évoquait récemment un feu vert en septembre.

(Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nicog il y a 7 mois

    Seule façon de procéder, EDF doit descendre à 20% et rester opérateur du projet. Sinon, ruine assurée pour les contribuables.

  • g.cado il y a 7 mois

    L'EPR de Flamanville coûte déjà le double de ce qui était prévu alors qu'il n'est pas encore en service. Alors l'EPR anglais ruinera EDF et les consommateurs/contribuables avec.