Le programme Iter prend un an de retard

le
0
La construction de l'usine expérimentale devrait être achevée en 2020

À Cadarache

Le conseil d'administration d'Iter, réuni en fin de semaine à Cadarache, près d'Aix-en-Provence, a confirmé que le programme de recherche international sur la fusion nucléaire aurait bien un an de retard par rapport à la date la plus optimiste annoncée jusqu'alors, c'est-à-dire novembre 2019. La construction de la machine expérimentale devrait donc être achevée fin 2020. Pour autant, la date du premier plasma fabriqué à partir de deutérium et de tritium reste fixée à 2027. Ce délai est dû à la situation du Japon, un des partenaires du programme avec l'Union européenne, les États-Unis, la Chine, la Russie, la Corée et l'Inde. Le tsunami, le tremblement de terre et Fukushima ont fait subir de très gros dommages au Japon.

Du coup, l'outil industriel est désorganisé et les priorités financières ont changé. «Le retard aurait pu être de trois ans. Nous avons voulu alléger le fardeau pesant sur le Japon», souligne Osamu Motojima, directeur génü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant