Le procureur accuse Pistorius de "mentir" sur la nuit du drame

le
1
LE PROCUREUR ACCUSE OSCAR PISTORIUS DE NE PAS DIRE LA VÉRITÉ SUR LA NUIT DU DRAME
LE PROCUREUR ACCUSE OSCAR PISTORIUS DE NE PAS DIRE LA VÉRITÉ SUR LA NUIT DU DRAME

PRETORIA (Reuters) - Le procureur du procès d'Oscar Pistorius l'a accusé jeudi d'avoir fait un récit romancé de la nuit où il a abattu sa petite amie dans sa luxueuse résidence de Pretoria l'année dernière.

L'athlète paralympique sud-africain risque la prison à vie s'il est reconnu coupable du meurtre de Reeva Steenkamp, tuée de quatre balles de pistolet alors qu'elle s'était enfermée dans la salle de bains. Oscar Pistorius dit l'avoir abattue par erreur en croyant avoir affaire à un cambrioleur.

Jeudi, le procureur Gerrie Nel s'est efforcé de dépeindre l'athlète comme un homme qui n'assume jamais ses responsabilités en s'appuyant sur de précédents incidents, dont l'un où il avait tiré par accident avec un pistolet dans un restaurant, et à démolir les explications fournies par ce dernier sur la nuit du drame.

Il a ainsi contredit Oscar Pistorius qui disait s'être rendu sur le balcon pour appeler à l'aide après avoir tiré sur Reeva Steenkamp en montrant, photos à l'appui, que la présence d'un grand ventilateur et d'une couette l'auraient empêché d'y accéder. "Votre version est un mensonge", a-t-il asséné.

Faute de témoin direct, Gerrie Nel cherche à convaincre les jurés que l'athlète, amputé très jeune des deux tibias, n'a pas cédé à un mouvement de panique en croyant à l'intrusion d'un cambrioleur potentiellement armé - une expérience fréquente et redoutée par les riches Sud-Africains - mais à un mouvement d'humeur doublé d'une fascination incontrôlée pour les armes à feu.

Le procureur, que les médias locaux surnomment le "pitbull" en raison de sa ténacité, s'est appuyé en début de procès sur le témoignage de voisins qui ont dit avoir entendu une femme crier avant les coups de feu, comme pendant une dispute - et non Oscar Pistorius appeler à l'aide après les tirs, comme ce dernier l'a dit.

Jeudi, au 19e jour de procès, il a rappelé que lors de l'incident dans le restaurant, l'athlète avait demandé à un de ses amis de porter le chapeau du tir accidentel.

"Vous passez votre temps à mentir. Vous n'assumez jamais vos responsabilités", a lancé le procureur à Oscar Pistorius, qui a de nouveau été pris de sanglots et de haut-le-coeur, comme lors de toutes les autres audiences depuis qu'il a été appelé à la barre en début de semaine.

(Ed Cropley; Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7093115 le jeudi 10 avr 2014 à 20:51

    On s' en fout......