Le prochain président de Sierra Leone renégociera les contrats miniers

le
0

Les contrats miniers actuels ne sont pas dans l'intérêt du pays, a déclaré à Londres le candidat d'opposition à l'investiture présidentielle au Sierra Leone, Julius Maada Bio.

Son adversaire, le président et candidat de l'APC,  Ernest Bai Koroma, ne dit pas autre chose : la Sierra Leone va devoir réviser les contrats miniers les plus importants pour que la population en tire un meilleur profit. Des contrats qu'il a lui-même signé.

Toutefois, ni l'ancien brigadier Julius Maada Bio, chef de la junte au pouvoir en 1996, ni le président actuel ne se sont opposés avec beaucoup de vigueur à la principale minière du pays, African Minerals. La compagnie britannique exploite avec l'aciériste chinois Shandong Iron and Steel Group  le minerai de fer de Tonkolili, où des affrontements ont causé en avril la mort de manifestants. Les mineurs, qui gagnent moins de 17 livres par mois, d'après le quotidien Sierra Leone Telegraph, demandaient de meilleures conditions salariales.

Un second investisseur britannique, London Mining, estime que les conditions négociées en Sierra Leone prennent en compte les risques importants qui subsistent dans ce pays sorti il y a dix ans de la guerre civile. Le contrôle des ressources, diamants, bauxite, minerai de fer, et les métaux associés,  magnésium, zinc, manganèse, nickel, chrome, titane et vanadium, figuraient parmi les enjeux du conflit.

Les élections sont prévues en novembre prochain.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant