Le procès qui passionne l'Amérique déjà adapté à la télé

le
0
Le procès qui passionne l'Amérique déjà adapté à la télé
Le procès qui passionne l'Amérique déjà adapté à la télé

Tous les ingrédients d'un bon scénario de thriller sont réunis dans le procès de Jodi Arias, une serveuse mormone de 32 ans, accusée d'avoir tué en 2008 de manière particulièrement sauvage son ancien amant à Mesa (Arizona, sud ouest des Etats-Unis). Intitulé «Dirty Little Secret» («le vilain petit secret»), la production pour la chaîne Lifetime d'un téléfilm sur l'affaire a déjà débuté à Los Angeles, rapporte le magazine Deadline. Les dernières lignes du scénario dépendront du verdict du procès annoncé cette semaine.

Les délibérations du jury ont à peine débuté vendredi dernier. Pourtant, il est déjà acquis que l'actrice Tania Raymonde (vue dans Lost) incarnera la jeune femme au coeur du procès qui fascine depuis janvier les Américains. Les débats sont diffusés en direct sur la chaîne câblée HLN, petite soeur de CNN, et la salle d'audience est prise d'assaut tous les jours. La nuit, les curieux patientent à l'extérieur du tribunal et le juge a mis en place un système de loterie pour attribuer les places dans la cour, explique CNN dans son article de synthèse du procès. Pourquoi une telle fascination ? Parce que le crime implique sexe et trahison, et à cause de la forte personnalité d'une meurtrière qui tweete depuis sa cellule.

Elle plaide la légitime défense depuis le début

Le «vilain petit secret», qui donne son nom au film, était le surnom que la victime présumée, Travis Alexander, avait donné à sa nouvelle copine, Jodi. Les amants s'étaient rencontrés lors d'une convention professionnelle en 2006 et ne s'étaient plus quitté pendant un an. D'après le compte-rendu du procès, Travis aurait baptisé Jodi dans la foi mormone avant de l'entraîner dans des jeux sexuels dont une sex-tape et plusieurs appels sulfureux ont été diffusés pendant l'audience.

Après leur séparation à l'été 2007, le couple était resté en contact mais Travis fréquentait d'autres femmes à Mesa,...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant