Le procès qui illustre les dérives de la finance

le
0
Le procès de l'ex-salarié de Goldman Sachs qui s'ouvre aujourd'hui à New-York implique la première banque d'affaires américaine, l'un des plus gros fonds spéculatifs et illustre les rouages de ce qui deviendra la crise des «subprime».

Fabrice Tourre, ancien courtier de la banque d'affaires américaine Goldman Sachs, comparaît ce lundi devant la justice américaine. Âgé aujourd'hui de 34 ans, ce Français, centralien et diplômé de l'université de Stanford aux États-Unis, avait conçu début 2007, pour Goldman Sachs, un placement complexe basé sur des dérivés d'emprunts immobiliers et baptisé «Abacus».

Goldman créé un produit financier

Depuis 2004, Wall Street a trouvé un nouvel eldorado, les CDO (collateral debt obligation). Il s'agit de produits financiers montés de toutes pièces, dits «synthétiques» parce qu'ils ne font que refléter la valeur d'autres actifs bien réels, eux, des crédits immobiliers accordés à des ménages modestes, les fameux subpri...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant