Le procès en appel de l'Angolagate s'est ouvert à Paris 

le
0
Vingt-et-un prévenus, dont Pierre Falcone, sont rejugés dans cette affaire de vente d'armes à l'Angola.

Le procès en appel de l'«Angolagate» a commencé ce mercredi à Paris, avec pour principaux acteurs les deux hommes d'affaire Pierre Falcone et Arcadi Gaydamak. Pas moins de 21 protagonistes sont rejugés jusqu'au 2 mars dans cette affaire de vente d'armes présumée illégale, mais Pierre Falcone, seul, devra être extrait de la cellule qu'il occupe à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis pour apparaître à l'audience.

Condamné en première instance le 27 octobre 2009, à six ans d'emprisonnement, l'homme de 56 ans a été directement placé sous mandat de dépôt. Depuis lors, le parquet n'a cessé de soutenir ses multiples demandes de remise en liberté, en vain. Le milliardaire franco-israélien d'origine russe Arcadi Gaydamak a été condamné à la même peine mais, en fuite, il ne s'est jamais présenté à la justice française. Il pourrait ne pas assister aux débats.

Les deux hommes sont les artisans principaux de la vente d'armes provenant d'une société slovaque

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant