Le procès des Khmers rouges s'est ouvert

le
0
Le tribunal va tenter de comprendre le fonctionnement de l'implacable machine à tuer et à broyer des millions d'âmes.

À Bangkok

Sur le banc des accusés, les trois vieillards affichent le même visage figé et la même moue dubitative. Avec cette première journée d'audience sur le fond commence véritablement le procès des dirigeants khmers rouges. Il aura fallu trente-deux ans pour que Nuon Chea, l'idéologue du régime de Pol Pot, Ieng Sary, l'ex-ministre des Affaires étrangères, et Khieu Samphan, le président du «Kampuchéa démocratique», soient confrontés à leurs crimes.

Le Tribunal des Khmers rouges a rouvert à Phnom Penh les pages les plus sombres de la tragédie cambodgienne. Celles qui racontent un génocide qui a coûté la vie à deux millions de personnes entre 1975 et 1979. «Le Parti communiste du Kampuchéa a transformé le Cambodge en un immense camp d'esclavage, imposant à une population entière un système dont la brutalité continue jusqu'à aujourd'hui de défier l'entendement», a déclaré le procureur cambodgien, Chea Leang. À l'évocation de «la nature impito

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant