Le problème de l'eau aggrave celui de la malnutrition-Unicef

le
0
    LONDRES, 29 mars (Fondation Thomson Reuters) - Près de 27 
millions d'habitants de quatre pays confrontés à la famine -- 
Nigeria, Somalie, Soudan du Sud et Yémen -- n'ont pas accès à 
une eau salubre, ce qui peut être aussi dangereux chez les 
enfants souffrant de grave malnutrition que la pénurie de 
vivres, a déclaré mercredi l'Unicef. 
    Plus de 20 millions de personnes -- soit plus que la 
population de la Roumanie ou de la Floride -- risquent de mourir 
de faim dans les six mois dans les quatre pays mentionnés du 
fait des conflits en cours et des changements climatiques, 
avaient déclaré les Nations unies en février. 
    A cela, l'Unicef ajoute que les pénuries d'eau salubre, le 
manque de sanitaires appropriés et des conditions d'hygiène 
déficientes font peser des risques supplémentaires aux enfants 
souffrant de malnutrition, et risquent de déclencher des 
diarrhées mortelles. 
    "(...)une eau insalubre peut aggraver la malnutrition, 
quelles que soient les quantités de nourriture que mangent les 
enfants; il n'ira pas mieux si l'eau qu'il boit n'est pas 
potable", a estimé Manuel Fontaine, directeur des programmes 
d'urgence à l'Unicef (Fonds des Nations unies pour l'enfance). 
    "La conjonction des phénomènes de malnutrition, 
d'insalubrité de l'eau et de sanitaires déficients enclenche un 
cercle vicieux dont nombre d'enfants ne sortent jamais", a-t-il 
dit. 
    Dans le nord-est du Nigeria, où des millions d'habitants ont 
fui l'insurrection des islamistes de Boko Haram, 75% des 
infrastructures d'adduction d'eau et de sanitaires ont été 
endommagées ou détruites, laissant 3,8 millions de personnes 
sans accès à une eau salubre, précise l'Unicef. 
    En Somalie, pays qui traverse sa pire sécheresse depuis 20 
ans, un grand nombre de sources ont tari ou ont été contaminées, 
et un tiers de la population n'a pas accès à l'eau, à des 
sanitaires et à une bonne hygiène, ajoute l'Unicef. 
    En raison du conflit civil au Soudan du Sud, cinq millions 
de personnes n'ont pas accès à une eau propre, à des sanitaires 
et à une hygiène correcte, et c'est aussi le cas d'au moins 14,5 
millions d'habitants au Yémen, pays en proie à un grave conflit 
civil. 
    En février, le secrétaire général des Nations unies, Antonio 
Guterres, déclarait qu'il faudrait plus de 3,7 milliards d'euros 
d'ici la fin mars pour faire face à l'urgence, près de 500.000 
enfants souffrant de malnutrition aiguë de par le monde. 
 
 (Magdalena Mis; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant