"Le problème, ce n'est pas Macron ; le problème, c'est le président"

le
1
Emmanuel Macron et Manuel Valls, meilleurs ennemis du gouvernement.
Emmanuel Macron et Manuel Valls, meilleurs ennemis du gouvernement.

« Je ne veux pas réagir parce que, quoi que je dise, vous écrirez que les vallsistes sont énervés », nous dit un vallsiste, qui préfère donc se taire. Mais la vérité, c'est bien que les fidèles du Premier ministre sont « énervés »... Agacés par Emmanuel Macron qui joue depuis trop longtemps, et de plus en plus activement, sur le terrain que leur champion a délaissé pour la Rue de Varenne. Qui lui a piqué le rôle du jeune premier transgressif et moderne. Valls à Matignon, à Macron la disruption.

Alors, mine de rien, en décryptant la petite entreprise du ministre de l'Économie, ceux qui veulent bien répondre la démontent. « Je voudrais insister sur la dimension politique », commence Francis Chouat. « D'abord, Macron était dans le ni gauche ni droite. Maintenant, il est dans le et gauche et droite? Dans les deux cas, ce n'est pas un positionnement qui permette d'aller très loin dans l'indispensable recomposition du champ démocratique et républicain. » Et le successeur de Manuel Valls à la mairie d'Évry de poursuivre en nous expliquant : « C'est à partir de la gauche, à condition qu'elle accepte d'être réformiste, qu'elle acte le pouvoir et ne passe pas son temps à culpabiliser, qu'on peut opérer la recomposition politique, pas dans une sorte de gloubi-boulga droite-gauche qui donnerait l'impression qu'il n'y pas de grands courants politiques. » Manuel Valls lui-même a rappelé Macron à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 11 avr 2016 à 17:02

    Pitoyables socialos, lorsque le bateau coule les rats se sauvent dit le proverbe.