Le Prix Sakharov récompense deux dissidents iraniens

le
0
Le cinéaste Jafar Panahi et l'avocate Nasrin Sotoudeh, condamnés à de lourdes peines dans leur pays, ont été désignés vendredi par le Parlement européen.

C'est un coup de pouce aux penseurs libres d'Iran, sous pression renforcée depuis la répression des manifestations de l'été 2009. En décernant, ce vendredi, le Prix Sakharov «pour la liberté de l'esprit» à Nasrine Sotoudeh et Jafar Panahi, le Parlement européen a voulu saluer la bravoure de ces deux dissidents iraniens. «Nous devons soutenir ces personnes contre un Etat qui ne respecte aucune des libertés fondamentales. Ce prix, c'est aussi un non très clair au régime iranien», s'est empressé de déclarer le président du Parlement, Martin Schulz, à l'issue de l'annonce.

Après avoir fait les gros titres de la presse internationale, la «vague verte» persane née de la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinejad a vite été rattrapée par le vent de contestation du printemps arabe. Pourtant, ni les arrestation...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant