Le prix Nobel d'économie propose un euro flexible

le
0

Pour renforcer la zone euro et la sortir de la crise financière, le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz propose de rendre flexible la monnaie européenne. Explications sur cet « euro flexible » qui pourrait révolutionner l'économie des pays de la zone euro.

Un euro flexible pour relancer l'économie européenne
Un euro flexible pour relancer l'économie européenne

Un euro flexible de transition

Depuis sa création, l'euro a traversé avec succès plusieurs crises économiques. Mais les effets de la dernière crise financière de 2008 se prolongent : les pays de la zone euro ne parviennent pas à retrouver leur niveau de PIB d'avant 2008 et les taux de chômage sont encore souvent au plus haut, comme en Espagne qui compte 20% de chômeurs.
Selon le professeur d'économie américain et prix Nobel Joseph Stiglitz, l'euro est responsable des difficultés de la zone. Dans son ouvrage : « The Euro: How a Common Currency Threatens the Future of Europe », il expose sa thèse selon laquelle la rigidité de la monnaie unique européenne est destructrice de valeur.
À l'inverse, J. Stiglitz propose donc la création d'un système bâti sur plusieurs « euros ». Différents groupes de pays auraient chacun leur euro propre, et la valeur de chacun de ces euros serait flexible, à la manière du Serpent monétaire européen mis en place dans les années 1970. Selon l'économiste, cette zone euro flexible aurait l'avantage de :
  • laisser du temps aux économies les plus fragiles pour redevenir compétitives vis-à-vis des pays les plus forts ;
  • préserver un socle de solidarité entre groupes de pays de la zone euro.
L'objectif serait maintenu de mettre en place à terme un euro unique, mais la monnaie flexible permettrait de faire une transition pendant que les pays s'adapteraient et que les institutions européennes communes s'installeraient pour gérer une politique économique coordonnée, indispensable à toute zone monétaire unique.

Une proposition difficile à mettre en place

Même si le nouveau système monétaire proposé par le prix Nobel d'économie maintient l'objectif de recréer à terme une seule et même monnaie unique, la mise en place d'un euro flexible serait un signal de désintégration de la zone euro telle qu'elle existe actuellement. Un tel séisme ne serait pas sans lourdes conséquences sur les marchés des changes et les bourses européennes.
De plus, ce projet pourrait également être interprété comme un constat d'échec des efforts réalisés depuis la création de l'euro. Les populations des pays de la zone euro pourraient voir cela comme un retour en arrière, difficile à assumer politiquement.

Trucs & Astuces

Entre 1972 et 1978, les pays de la Communauté économique européenne ont testé un système de changes coordonnés et flexibles, similaire à ce que propose J. Stiglitz. Bien avant la création de l'euro, le « Serpent monétaire européen » fixait une limite aux écarts des valeurs entre les différentes monnaies européennes. Dès qu'une monnaie s'appréciait ou se dépréciait de plus de 2,25% par rapport au seuil fixé, les banques centrales intervenaient pour rétablir le cours des changes.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant