Le prix Nobel d'économie au Français Jean Tirole, chercheur à Toulouse

le
7
Le prix Nobel d'économie au Français Jean Tirole, chercheur à Toulouse
Le prix Nobel d'économie au Français Jean Tirole, chercheur à Toulouse

La remise des célèbres prix Nobel, cuvée 2014, s'est achevée ce lundi avec le très convoité prix d'économie. Après la physique, la chimie, la littérature ou encore le prix Nobel de la paix, l'Académie suédoise a récompensé l'économiste français Jean Tirole, 61 ans, pour ses travaux sur l'économie industrielle. Ce chercheur rattaché à l'université de Toulouse est primé pour son «analyse de la puissance du marché et de la régulation», a annoncé le jury dans un communiqué. Présenté par le Comité Nobel comme «l'un des économistes les plus influents de notre époque», il a notamment «éclairci la manière de comprendre et de réglementer les industries avec quelques entreprises importantes».

Ce polytechnicien est le troisième économiste français à recevoir la prestigieuse distinction. Il succède à Maurice Allais (1988) et Gérard Debreu (1983). C'est le 50e prix Nobel français toutes catégories confondues.

L'attribution du prix Nobel «ne va rien changer pour moi. Ce que j'aime ce sont les formes de recherches dans lesquelles je vis et les amis que j'y cotoie et puis faire faire ma recherche avec mes étudiants. J'espère que je ne vais pas trop changer», a commenté Jean Tirole. 

Une référence universitaire mondiale

Fils d'un médecin et d'une mère enseignante en lettres, il se dirige d'abord vers les mathématiques, intègre l'École Polytechnique, et découvre l'économie sur le tard, à 21 ans. Ingénieur des Ponts et chaussées, il choisit ensuite de faire un doctorat d'économie aux États-Unis, au Massachusetts Institute of Technology. Il a par ailleurs enseigné aussi bien à Paris que dans les plus grandes universités américaines : Harvard, Princeton, Stanford.

Ce natif de Troyes (Aube) n'avait pas attendu l'annonce de Stockholm pour bénéficier d'une réputation mondiale : son CV remplit 24 pages de distinctions, publications et prix en tous genres (prix Claude Levi-Strauss en 2010, prix ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • victorab le lundi 13 oct 2014 à 16:09

    bravo Jeangare à l'ISFtake the money and run .. !

  • zzzle le lundi 13 oct 2014 à 16:07

    Et la France a 2000Mds€ de dettes! Il doit y avoir un problème avec leur raisonnement qui n'est pas adapté à notre pays.

  • berneli1 le lundi 13 oct 2014 à 16:02

    En fait, si j'ai bien lu le titre de l'article, il est toujours chercheur, donc il n'a encore rien trouvé. Conclusion: nous ne sommes pas encore sortis du brin.

  • berneli1 le lundi 13 oct 2014 à 15:44

    Il va peut-être pouvoir apprendre à nos énarques et autres politiques ce que veut dire faire des économies?

  • M547654 le lundi 13 oct 2014 à 14:40

    C'est une blague du type "quel est le comble pour la France ?"

  • berneli1 le lundi 13 oct 2014 à 14:09

    Un français prix Nobel de l'économieTout va bien , on est sauvéMDR

  • charleco le lundi 13 oct 2014 à 13:58

    C'est un polytechnicien! S'il aussi nul que Eckert, il peut aller travailler aux USA ou en Angleterre. Encore que tous ces génies anglo-saxons savent pourrir la vie du monde entier! Il faut faire comme en Union soviétique : donner à ces gens-là des pelles et des pioches pour qu'ils reviennent sur terre. L'Union soviétique : c'est bien ce que nous refait Eckert, non? En plus, il est cynique et malhonnête, menteur, malfaisant, nuisible.