Le prix du jambon-beurre s'envole

le
4
Le prix du sandwich le plus consommé de France a bondi de plus de 4% en un an. Les hausses les plus fortes sont constatées dans les grandes surfaces.

Le traditionnel jambon-beurre devient de plus en plus cher. Selon le très sérieux «indice jambon-beurre» du cabinet spécialisé Gira Conseil, le sandwich préféré de la pause déjeuner rapide a vu son prix moyen passer de 2,52 euros en 2010 à 2,64 euros l'an dernier, quelle que soit la qualité du pain utilisé. Soit une hausse des prix de 4,76%, deux fois plus forte que l'inflation.

Même si le prix de ce sandwich reste moins élevé dans les grandes surfaces que dans les boulangeries et chez les cafetiers, c'est bien dans les rayons des magasins que la hausse s'est le plus fortement accélérée. Selon Bernard Boutboul, directeur de Gira Conseil, un sandwich triangle à base de pain de mie, vendu chez un hard discounter 79 centimes en décembre 2010, est désormais affiché à 90 centimes, soit une augmentation de près de 14%. De même, les prix déjà très élevés pratiqués par les stations-service ont nettement augmenté.

Sandwich de crise

La raison invoquée par les acteurs du secteur est, selon Bernard Boutboul, «la hausse faramineuse du prix des matières premières» l'an dernier, notamment le prix de la farine et celui de la charcuterie. «Mais d'autres secteurs ont subi cette hausse et les prix n'ont pas augmenté aussi vite. On se pose donc la question: pourquoi augmenter aussi fortement le prix d'un produit d'entrée de gamme comme le jambon-beurre? Je trouve que 4,76%, c'est colossal», souligne-t-il.

Selon le directeur de Gira Conseil, les acteurs du secteur, notamment les hard discounters, profitent aussi du fait qu'en période de crise, la demande pour ce type de produit est forte. «Les volumes ont augmenté et ont incité les acteurs à profiter de la situation. Mais se faire de la marge sur le pouvoir d'achat est un peu limite», déplore Bernard Boutboul.

Gira Consel rappelle que depuis sa création en 2008, jamais l'indice jambon-beurre n'avait augmenté. Mieux encore: il affichait une baisse insolente face aux autres produits de consommation courante. Il y a quatre ans, le prix moyen de ce sandwich était de 2,65 euros. Il est revenu à 2,57 euros en 2009 puis 2,52 euros fin 2010. Ironie de la situation: ces baisses reflétaient, selon Gira Conseil, «l'influence de la grande distribution qui s'attaquait» au marché de la restauration rapide en implantant des rayons spécialisés dans le snacking à l'entrée de ses grandes surfaces, essentiellement dans le centre-ville.

Un marché de plus de 6 milliards d'euros

Inspiré de l'indice Big Mac de l'hebdomadaire britannique The Economist, cet indice peu être considéré comme un nouvel instrument de mesure du pouvoir d'achat dans les villes de l'Hexagone, la France étant le seul pays au monde où il se vend plus de sandwichs que de hamburgers. Selon Gira Conseil, les Français en ont dévoré 2,02 milliards l'an dernier, soit un marché en valeur de 6,62 milliards d'euros. Toutes garnitures et tous pains confondus, le prix moyen des sandwichs est de 3,27 euros (contre 3,18 fin 2010).

Le sandwich baguette reste la star nationale avec 65% de parts de marché. Il devrait à nouveau être à l'honneur du salon professionnel Sandwich&Snack Show, qui se tiendra à Paris les 15 et 16 février prochain.

LIRE AUSSI:

» Le sandwich fait de la résistance

» Les Français ont moins consommé en 2011

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • titi18 le mardi 31 jan 2012 à 13:37

    Au lieu de râler faites vos sandwich vous-mêmes, ce n'est pas difficile et vous ferez des économies.

  • couronee le mardi 31 jan 2012 à 13:34

    Vous avez tort de prendre cette info à la légère. Les prix sont en train d'exploser en grandes surfaces. Pas une gamme de produit où je ne vois pas une augmentation à deux chiffres. On a beau bidonner les chiffres de l'inflation (je sais il font encore pire aux US où ils ont carrément retiré l'alimentaire et l'énergie! hahaha!) mais quand même c'est doublement mauvais, surtout avec des collectivités (état compris) qui ne font rien pour diminuer leurs dépenses.

  • idem12 le mardi 31 jan 2012 à 12:25

    rien de neuf en somme, payer, toujours payer

  • siehr le mardi 31 jan 2012 à 11:43

    Quelle information fondamentale. L'ensemble des pays européens en est encore secoué.......