Le prix de l'eau augmente plus vite que l'inflation

le
4
Le prix de l'eau augmente plus vite que l'inflation
Le prix de l'eau augmente plus vite que l'inflation

L'eau coûte de plus en plus cher dans les grandes villes françaises. Le tarif a augmenté plus vite que l'inflation entre 2011 et 2014 dans 112 des 130 villes analysées, selon une étude publiée vendredi par 60 millions de consommateurs.

Dans ces grandes villes, les prix ont augmenté en moyenne de 6,3% depuis 2011, pour une inflation de 4%. Et la moyenne nationale dans les 130 villes de l'étude est de 3,55¤ par mètre cube d'eau en 2014. Ce prix se divise en 1,33 ¤ pour l'eau potable, 1,35 ¤ pour l'assainissement et 0,87 ¤ pour la TVA et les redevances.

Le mètre cube à plus de 5 ¤ à Evreux, Saint-Quentin et Laon

Pour expliquer les hausses de prix, les villes mettent en avant l'augmentation de la TVA sur la partie assainissement, qui est passée de 5,5% à 10% entre 2011 à 2014. En quatre ans, la part de la composante «TVA et redevances» dans le prix de l'eau a ainsi augmenté de 14,5%, devant la part «assainissement» (+7,1%). La composante «eau potable» est restée relativement stable (+0,8%).

Parmi les villes où la hausse des prix a été la plus forte, Évreux (+37%), Bar-le-Duc (+25%) ou Agen (+24%) occupent le haut du tableau. A l'inverse, seules douze villes ont baissé leurs prix, comme Antibes (-56%), Gap (-24%) ou Narbonne (-20%). Au final, en 2014, trois villes (Évreux, Saint-Quentin, Laon) avaient un prix du mètre cube supérieur à 5 ¤, bien au-dessus de la moyenne.

Face à ces chiffres, 60 millions de consommateurs insiste sur le fait que «ces prix ne disent pas tout» et qu'«il n'y a pas de hausse de prix mauvaise en soi», étant données les contraintes locales très différentes. Les nappes phréatiques où est puisée la ressource en eau n'ont pas partout la même qualité et impliquent parfois des traitements importants. A l'autre bout de la chaîne, l'assainissement des eaux usées doit tenir compte du type de rejets dans le réseau (domestiques, industriels, agricoles). Entre les deux, l'état des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 le lundi 23 mar 2015 à 10:46

    le traitement de l'air et de l'eau ..futurs Eldorado ... et l'asservissement des consommateurs aux concessions bananières toute puissantes

  • M4358281 le lundi 23 mar 2015 à 10:45

    beaucoup de profits .. on parle des autoroutes pour détourner l'attention ..mais le pire reste à démontrer ..mais CHUT !

  • M7477377 le vendredi 20 mar 2015 à 12:45

    Je paye 170€ pour une petite conso de 20m3 soit 8,50€/m3!

  • pichou59 le vendredi 20 mar 2015 à 11:54

    combien touchent les élus, d'indemnités dans les syndicats? et le cout de la communication , plaquettes.. "prestige..."et puis combien de société "privées" de distribution....d'eau financent les animations, expositions et beaucoup de "trucs" inutiles" des communes adhérentes , au bout de la chaine, payés par le consommateur-contribuable!!!!! que les syndicats inter..... réduisent leur train de vie!!!!?