Le «printemps arabe» inquiète les Israéliens

le
0
Ils redoutent un changement des règles du jeu au profit de l'Iran ou des islamistes.

À Jérusalem

La vague de contestation qui déferle sur le monde arabe ne cesse d'inquiéter les dirigeants israéliens. «Le printemps arabe pourrait virer en un hiver iranien»: le premier ministre a usé de cette métaphore saisonnière lors d'une interview à l'AFP pour résumer les périls qui se profileraient à l'horizon. En d'autres termes, l'aspiration à la démocratie et la déstabilisation des régimes arabes en place risquent de faire le jeu de l'Iran - l'ennemi numéro un de l'État hébreu - et des islamistes, notamment en Égypte. Les responsables israéliens estiment que les Iraniens ont renforcé leur stratégie d'encerclement à l'aide de leurs alliés, le Hezbollah libanais au nord et les islamistes palestiniens du Hamas au sud, dans la bande de Gaza.

La grande inconnue porte désormais sur l'Égypte. Les déclarations des successeurs de Hosni Moubarak, qui était considéré comme le meilleur garant du premier accord de paix conclu par Israël avec un pays arabe, son

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant