Le printemps a donné des ailes aux promoteurs

le
1

Selon la Fédération des promoteurs immobiliers, les ventes au 2e trimestre ont bondi de près de 30% en un an. Taux de crédit bas, nouveau PTZ et présence des investisseurs expliquent ces résultats.

Les promoteurs immobiliers affichent de très bonnes ventes au deuxième trimestre, grâce au retour confirmé des ménages accédant à la propriété, soutenus par des taux de crédit immobiliers très bas et un Prêt à taux zéro plus favorable, tandis que les investisseurs restent très présents. D’avril à juin, les ventes des promoteurs ont bondi de 29,6% comparées aux mêmes mois de 2015, pour s’élever à 40.260 logements neufs, annonce jeudi la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI).

Fait notable, sur ces trois mois les deux moteurs du marché ont progressé au même rythme: les ventes aux ménages accédant à la propriété ont augmenté de 26,9% et celles réalisées par les investisseurs locatifs, de 26,6%. «L’activité se renforce depuis plusieurs trimestres sur ces deux segments de marché, grâce à des taux de crédit immobilier qui n’en finissent pas de rester bas et ont un vrai effet de levier, tout comme le Prêt à taux zéro, pour solvabiliser les ménages», commente Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI. La baisse des taux d’emprunt enregistrée depuis 2011 «équivaut à une baisse des prix de vente de l’ordre de 23%», calcule-t-elle.

Un appel à élargir la TVA à 5,5%

Aussi, les ventes de logements neufs aux propriétaires occupants ont réellement décollé grâce au renforcement du PTZ, plus accessible et plus avantageux depuis le 1er janvier 2016, tandis que la demande des investisseurs, elle, «ne cesse de progresser» depuis l’entrée en vigueur du dispositif fiscal Pinel au dernier trimestre 2014, rappelle la fédération.

Depuis le début de l’année, l’ensemble des ventes au détail (par opposition aux ventes «en bloc» auprès des organismes HLM) ont progressé de 22,2% comparées au premier semestre 2015. Les mises en vente de logements progressent de 16,9% au deuxième trimestre sur un an, tandis que l’offre commerciale s’érode de 1,1%.

Pour soutenir l’activité, les promoteurs appellent de leurs vœux la concrétisation dans une loi de finances, de l’extension de la TVA à 5,5% dans une zone allant jusqu’à 500 mètres au-delà des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), comme annoncé par le président de la République en avril. La FPI appelle aussi le gouvernement à combattre davantage les recours abusifs contre les permis de construire et à «relancer un train de mesures pour alléger normes et réglementations». Elle formulera «début novembre», ses attentes auprès des candidats à l’élection présidentielle de l’an prochain, indique Mme François-Cuxac.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2723293 il y a 10 mois

    On oublie qu'ils demandaient sans succès une nouvelle loi de défiscalisation. Malgré cela ils ont bien étés obligés de lancer les opérations. Meme histoire que les constructeurs avec la prime à la casse.