Le président yéménite accepte une trêve de 72 heures

le
0
 (Actualisé avec contexte) 
    RYAD, 17 octobre (Reuters) - Le président yéménite 
Abd-Rabbou Mansour Hadi a accepté le principe d'un cessez-le-feu 
de 72 heures reconductible, a annoncé lundi son ministre des 
Affaires étrangères. 
    "Le président a accepté un cessez-le-feu de 72 heures qui 
sera prolongé si l'autre partie s'y tient, si elle active le CDC 
et lève le siège de Taez", écrit Abdel-Malek al Mekhlafi, sur 
Twitter, évoquant le Comité de désescalade et de coordination, 
instance onusienne chargée de veiller au respect de la trêve. 
    Taëz, troisième ville du Yémen, est presque entièrement 
encerclée par les rebelles chiites Houthis et les partisans de 
l'ancien président Ali Abdallah Saleh, qui se sont ralliés à 
eux. 
    Selon le ministre yéménite de l'Information, le chef de 
l'Etat doit rencontrer jeudi l'émissaire de l'Onu Ismaïl Ould 
Cheikh Ahmed pour déterminer la date d'entrée en vigueur de la 
trêve. 
    Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont lancé dimanche un 
appel à un cessez-le-feu immédiat et sans condition au Yémen, où 
les affrontements entre Houthis pro-iraniens, qui tiennent Sanaa 
depuis septembre 2014, et forces loyalistes soutenues par 
l'Arabie saoudite ont fait des milliers de morts. 
    Le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al 
Djoubeir a pour sa part indiqué dans la journée que le royaume 
était prêt lui aussi à accepter une trêve si les Houthis en font 
autant, mais s'est dit sceptique.   
    La coalition arabe sous commandement saoudien qui intervient 
militairement au Yémen depuis mars 2015 est sous le feu des 
critiques de la communauté internationale depuis le raid du 8 
octobre qui a fait jusqu'à 140 morts, selon l'Onu, lors d'une 
veillée funèbre à Sanaa.  
 
 (Mohammed Ghobari, Jean-Philippe Lefief pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant