Le président Xi Jinping attendu en grande pompe à Londres

le
0

par Elizabeth Piper LONDRES, 19 octobre (Reuters) - Le président chinois Xi Jinping sera reçu par la famille royale britannique et les plus hauts responsables politiques du royaume lors de sa visite d'Etat de quatre jours en Grande-Bretagne destinée à cimenter les liens économiques entre les deux pays. Xi Jinping, qui doit arriver lundi soir à Londres, juge que cette visite pourrait marquer le début d'un "âge d'or" dans les relations bilatérales, une expression également employée par le Premier ministre conservateur David Cameron. "Je pense que c'est une véritable occasion d'approfondir notre relation et je suis ravi que le président Xi passe tant de temps ici au Royaume uni", a déclaré le chef du gouvernement britannique à la chaîne CCTV. Xi et son épouse Peng Liyuan séjourneront au palais de Buckingham en tant qu'hôtes de la reine Elizabeth, qui donnera un banquet officiel en leur honneur. Le président chinois s'adressera au Parlement et achèvera sa visite par un déplacement à Manchester, ville du Nord industriel de l'Angleterre au coeur d'un vaste projet du gouvernement pour créer un nouveau pôle économique concurrent de Londres, avec des investissements chinois. Dans une réponse écrite à des questions adressées par Reuters, Xi Jinping a souligné samedi: "Le Royaume-Uni a déclaré qu'il serait le pays occidental le plus ouvert à la Chine. C'est un choix visionnaire et stratégique qui correspond pleinement aux intérêts à long terme de la Grande-Bretagne." "La Chine est impatiente de collaborer avec le Royaume-Uni sur un plan plus étendu, à un niveau plus élevé et de manière plus profonde", a-t-il ajouté. Cette chaleur réciproque contraste avec les frictions apparues lors de la visite de Xi le mois dernier aux Etats-Unis, où les soupçons de piratage informatique et les revendications territoriales de Pékin en mer de Chine méridionale ont été au coeur des discussions. EDF ENERGY ESPÈRE UN ACCORD La question des droits de l'homme est également posée par les ONG, qui accusent David Cameron de fermer les yeux sur les abus commis en Chine. Le nouveau chef du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, qui doit rencontrer Xi mardi, a promis de soulever cette question. Un représentant de la communauté ouïghoure, très présente dans la région occidentale chinoise du Xinjiang, a déclaré que le tapis rouge qui sera déroulé devant le président chinois était teinté du sang de son peuple. Lors d'une visite en Chine le mois dernier, le ministre britannique des Finances, George Osborne, s'est efforcé de convaincre les entrepreneurs chinois d'investir en Grande-Bretagne tout en ayant, selon l'expression des médias chinois, la "bienséance" de ne pas insister sur la question des droits de l'homme. David Cameron espère que son choix politique se traduira par une évolution portant "sur l'investissement dans les infrastructures, sur les entreprises chinoises qui embauchent des gens et qui créent des emplois" en Grande-Bretagne. Xi Jinping exhorte de son côté la Grande-Bretagne à accorder aux entreprises chinoises les mêmes chances qu'aux autres concernant leur accès à son marché, alors que la Chine s'efforce de percer à l'étranger dans le domaine du transport ferroviaire à grande vitesse ou dans le secteur nucléaire. Parmi les accords commerciaux susceptibles d'être conclus au cours de cette visite, l'un d'eux concerne la participation de deux groupes chinois au financement de la centrale nucléaire britannique d'Hinkley Point, un projet piloté par la filiale locale d'EDF EDF.PA et estimé à 16 milliards de livres (21,6 milliards d'euros). Vincent de Rivaz, directeur général d'EDF Energy, a qualifié la visite de Xi Jinping d'"occasion opportune" de sceller un accord. Xi Jinping souligne aussi que la Chine est prête à renforcer sa coopération financière avec Londres, qui espère devenir une plateforme d'échange majeure pour les transactions sur le yuan. Londres pourrait aussi devenir la première place financière hors de Chine et de Hong Kong à accueillir des émissions d'obligations souveraines chinoises. "Quand les conditions seront réunies, la Chine est prête à envisager un renforcement de la connexion des marchés financiers des deux pays", dit Xi Jinping. (Bertrand Boucey et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant