Le président taiwanais invite la Chine à plus de démocratie

le
1

TAIPEH, 10 octobre (Reuters) - Le président de Taiwan a exhorté vendredi la Chine à progresser vers un modèle plus démocratique de développement tout en réitérant son soutien au mouvement de contestation à Hong Kong. Les manifestations à Hong Kong contre le refus de Pékin de laisser les habitants de la ville choisir librement leurs dirigeants sont suivies avec une grande attention à Taiwan, où l'on redoute d'être confronté au même problème en cas de rapprochement institutionnel avec la Chine continentale. Pour Ma Ying-jeou, le développement économique rapide de la Chine fait émerger une société plus prospère au sein de laquelle se répandent les aspirations à un régime démocratique respecteux des principes de l'Etat de droit. "Ce désir n'a jamais été le monopole de l'Occident, c'est le droit de l'ensemble de l'humanité", a dit le président taiwanais dans son discours pour la Fête nationale de l'île. Le système démocratique n'est certes pas parfait, a-t-il poursuivi, mais il favorise le dialogue et la résolution des crises. "Il y a trente ans, lorsque (le dirigeant chinois) Deng Xiaoping prônait des réformes et l'ouverture du continent, il a proposé de manière restée célèbre de laisser certaines personnes s'enrichir d'abord", a déclaré Ma Ying-jeou. "Alors pourquoi ne pourraient-ils pas faire la même chose à Hong Kong et laisser certaines personnes obtenir la démocratie d'abord?", a-t-il interrogé. La Chine et Taiwan sont séparées depuis que les nationalistes chinois se sont réfugiés sur l'île après leur défaite face aux communistes sur le continent en 1949. Pékin n'a jamais renoncé à réintégrer Taiwan dans son giron. Depuis son accession à la présidence sur l'île en 2008, Ma Ying-jeou a manifesté son ouverture envers la Chine en signant avec Pékin une série d'accords d'envergure dans les domaines économique et commercial. Taiwan se montre en revanche prudente quant à un éventuel rapprochement politique, d'autant que le président chinois Xi Jinping a prouvé sa volonté de maintenir la ferme emprise du Parti communiste sur la Chine depuis qu'il a pris les rênes du régime fin 2012, début 2013. (J.R. Wu; Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3155433 le vendredi 10 oct 2014 à 10:51

    Les politiciens s'en mettent 100 plus dans les poches , sur le dos des citoyens , dans une dictature , que dans une "démocratie" occidentale . Tant que le peuple ne bouge pas beaucoup , les politiciens continuent a faire table rase sur les richesses produites , comme les rois tout puissant