Le président rwandais annonce qu'il briguera un troisième mandat

le
0
    KIGALI, 1er janvier (Reuters) - Le président rwandais Paul 
Kagame a annoncé vendredi son intention de briguer un troisième 
mandat en 2017, rendant publique une décision qui était attendue 
après la révision constitutionnelle récemment votée. 
    "Vous m'avez demandé de diriger encore le pays après 2017. 
Compte tenu de l'importance et de la considération que vous 
attachez à cela, je ne peux qu'accepter", a déclaré Paul Kagame 
dans un discours à la nation retransmis à la télévision. 
    "Mais je ne pense pas que nous ayons besoin d'un dirigeant 
éternel", a-t-il déclaré. 
    Kagame est président depuis 2000, mais il est effectivement 
aux commandes du pays depuis que son parti, le Front patriotique 
rwandais, a marché sur Kigali pour mettre fin au génocide de 
1994. 
    Le président rwandais ne pouvait effectuer jusqu'ici que 
deux mandats, mais, le 19 décembre, les électeurs rwandais ont 
voté par référendum la réforme constitutionnelle autorisant Paul 
Kagame à rester plus longtemps au pouvoir.   
    La modification de la constitution permet au chef de l'Etat 
de se présenter l'an prochain pour un nouveau mandat de sept 
ans, qui pourrait être suivi par deux mandats de cinq ans, ce 
qui pourrait lui permet potentiellement de rester au pouvoir 
jusqu'en 2034. 
    Les Etats-Unis, qui ont longtemps soutenu Paul Kagame pour 
avoir transformé son pays depuis le génocide de 1994, estiment 
désormais que le président servirait au mieux son pays en 
démissionnant en 2017. 
    Le Rwanda ne compte qu'un vrai parti d'opposition, le Parti 
vert démocratique du Rwanda, qui n'est pas représenté au 
parlement. La justice a rejeté sa tentative de bloquer la 
modification de la constitution. 
    Au Burundi voisin, l'annonce en avril dernier par le 
président Pierre Nkurunziza de son intention de briguer un 
troisième mandat a plongé le pays dans une période de troubles. 
Les violences ont fait au moins 400 morts. Le président a par la 
suite remporté la présidentielle fin juillet.   
 
 (Clement Uwiringiyimana; Danielle Rouquié pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant